Jeudi 9 février 2012 à 8:11

Biologie, santé.

  http://lancien.cowblog.fr/images/images/oeilintestin.jpg

Les titres des journalistes, à la recherche du sensationnel, sont souvent trompeurs !
Les biologistes ont parfois des idées qui nous paraissent saugrenues jusqu'à ce qu'ayant lu l'article, on en comprenne le sens.

J'ai lu récemment dans Sciences News, un titre qui disait que grâce à l'électricité on pouvait faire pousser des yeux de grenouille dans leur intestin.
                J'avoue que je me suis imaginé, regardant dans mon intestin si ma digestion se passait bien, et bien que n'étant pas grenouille – même de bénitier, ce grand coquillage des mers du Sud – cela m'a semblé bizarre comme situation.

Ce n'est pas une blague que je vous raconte, malgré ma tendance à parfois être facétieux.

Des scientifiques ont réussi à créer un têtard capable littéralement de se voir digérer, car l'animal en question a un œil dans le ventre.
                 L'équipe du biologiste Michael Levin, spécialiste de l'évolution à l'université de Medford, Massachusetts (Etats-Unis), a manipulé les cellules abdominales du têtard de sorte qu'elles se retrouvent dans un état électrique bien précis. Ces cellules se sont alors développées jusqu'à devenir un œil parfaitement formé, et les chercheurs affirment que cela serait possible dans n'importe quelle partie de l'organisme.
                Cette expérience constitue un grand pas en avant dans le domaine de la régénération des organes et des membres : on peut imaginer que quelqu'un qui aura perdu un bras ou une jambe aura peut-être la possibilité d'enfiler une manche spéciale qui enverra des impulsions électriques sur les cellules de la plaie pour qu'elles fassent repousser le membre disparu.

Jusqu'à présent, les spécialistes de l'évolution partaient du principe que ce sont des messagers chimiques – des molécules spécifiques - qui permettent le développement de structures biologiques comme les yeux ou les membres.
                Déjà, l'équipe de Michael Levin était parvenue à faire repousser la queue d'un têtard en injectant du sel dans les cellules caudales afin de modifier leurs propriétés électriques.

Je vous ai déjà expliqué, à propos de la conduction de l'influx nerveux, que lLes cellules sont équipées de , formés par des protéines spécifiques, portes microscopiques, qu'elles peuvent ouvrir ou fermer afin de contrôler le flux, à travers leur membrane, d'ions tels que le sodium, le potassium et le calcium. Je vous ai montré que ces migrations d'ions engendrent des différences de potentiel électriques importantes dans les neurones.
                 Dans les cellules autres – sauf peut être dans les muscles, - la dépolarisation générée par la circulation de ces ions est infime, de l'ordre de quelques millivolts, mais, Michael Levin et ses collaborateurs ont découvert que ces minuscules écarts de tension entre les cellules ont une influence importante sur leur migration et leur développement.

Environ dix-neuf heures après la fécondation des œufs, le potentiel de membrane de certaines cellules de la tête des têtards chute à environ - 20 millivolts, et ces cellules sont situées à I'emplacement exact où apparaîtront les yeux plus tard. Par ailleurs, l'injection de produits chimiques empêchant cette baisse de tension bloque la formation des yeux.
                L'équipe de Michael Levin a donc greffé des canaux ioniques dans certaines cellules des têtards afin de déclencher une chute de tension à - 20 millivolts. Dans toutes les zones où les canaux ont été implantés, on a observé la formation d'un œil.
               Jusqu'alors, les chercheurs pensaient que seules certaines cellules de la tête étaient capables de générer des yeux quand on injectait dans l'organisme des protéines spécifiques qui commandent le développement de l'œil. Le potentiel électrique conditionne le développement d'un œil presque n'importe où, ce qui signifie que l'électricité peut remplacer l'information chimique, et c'est plus facile d'agir par cette méthode.
                L'équipe de Michael Levin tente actuellement de déterminer les conditions exactes dans lesquelles apparaît le potentiel de membrane et de mieux comprendre le processus qui conduit ensuite à la formation d'un œil. Les scientifiques cherchent par ailleurs à établir si d'autres organes possèdent, eux aussi, des signatures électriques spécifiques.

Le rôle de l'électricité dans le corps humain est relativement peu étudié, hormis sur les neurones et les muscles, mais les découvertes originales et intéressantes de cette nouvelle étude pourraient bien inciter de nouveaux biologistes à se pencher sur le sujet.

Par coldtroll le Jeudi 9 février 2012 à 9:46
c'est étrange, ce que fait la nature !
cela signifierait que les cellules ne sont pas si différenciées que ça ?
et c'est bien beau de faire pousser un oeil n'importe où, encore faut-il qu'il soit correctement branché.
enfin, maintenant, quand je dirai à mes enfants de ne pas mettre les doigts dans les prises, je pourrais leur expliquer les risques ! mets pas tes doigts là, tu vas avoir des yeux qui vont te pousser sur le derrière !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3167326

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast