Vendredi 26 mars 2010 à 15:06

Préférences cérébrales

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1S/Fleurs4/1001755.jpg

     J’avais promis à mes correspondant(e)s de parler du caractère inné ou acquis des préférences cérébrales et de leur évolution avec l’âge (et donc l’expérience acquise et le vécu).
On ne peut pas faire correspondre les diverses préférences à des zones particulières du cerveau. Il s’agit de comportements et dès lors, tout le cerveau est concerné. Je pourrai par la suite, donner quelques pistes, mais elles seront sommaires.

     J’ai décrit dans des articles des 6 et 7 mars 2008 (catégorie “inné ou acquis”) le développement du cerveau,chez l’embryon, l’enfant puis l’adolescent.
Je vous renvoie à ces deux articles pour éviter de trop longues répétitions.


     Vous pourrez y lire que le patrimoine génétique joue d’abord son rôle au début de la formation du cerveau. Il y a dans les 3 premiers mois du développement de l’embryon, une différenciation et une migration des neurones vers les sites fonctionnels et cela, en étant guidés par des marqueurs chimiques d’origine génétique (les facteurs de croissance). Les dendrites et les axones poussent comme les bourgeons et les tiges d’une plante, et les axones vont être également guidés jusqu'à une très faible distance de leur cible (quelques centièmes de millimètre), c'est à dire dans une population de neurones ayant des fonctions précises, mais à partir de là, les connexions se font “au hasard” et donc sans contrôle génétique.
    Il y a donc une part d'hérédité dans la formation de notre cerveau, puisque nos gènes proviennent de nos parents, mais ce processus chimique d'expression des gènes a une certaine autonomie et donc il y a aussi une part d'influence génétique qui est autre que l'hérédité (les facteurs de croissance) et même une part de hasard : deux cerveaux, même de jumeaux homozygotes, ne sont donc jamais identiques.
    Ce processus donne naissance à des centres qui, bien qu'ayant la même fonction, ne sont pas identiques d'un individu à l'autre. Cela se traduit par des qualités et des déficiences différentes de fonctionnement et surtout par des possibilités différentes : c'est la partie innée de nos “préférences cérébrales”.

     Cela dit ce ne sont que des préférences potentielles, (qui correspondent à des connexions entre neurones et  au nombre de neurones de divers centres utilisant des neuromédiateurs particuliers), mais il est évident que le nourrisson n’a pas à la naissance des capacités de décision, de jugement, de tolérance ou d’optimisme/pessimisme réelles. Il ne les développera qu’au cours de son enfance et de son adolescence et même à l’âge adulte.
     L’éducation, l’instruction, la culture, et le vécu (l’expérience) auront une influence notable sur les préférences cérébrales. Les préférences innées ne changeront pas, et se développeront, mais la personne apprendra aussi à se servir des fonctions et attitudes qui ne sont pas préférées, de la même façon qu’un droitier peut apprendre à se servir mieux de sa main droite et en partie de sa main gauche et certains arrivent à être presque ambidextres.

     L’une des capacités les plus innées est certainement l’extraversion  / introversion.
     Très vite on voit si un bébé est introverti ou extraverti.
     L’introverti s’intéresse plus à son environnement, peut faire des expériences seul, s’ennuie moins, alors que l’extraverti a besoin de compagnie, que l’on s’occupe davantage de lui, qu’on l’accompagne davantage dans son apprentissage, qu’on parle avec lui.
    C’est encore plus visible chez l’enfant vers 3/4 ans : l’extraverti parle beaucoup plus, a besoin de s’exprimer (et de dire n’importe quoi), veut jouer avec d’autres, alors que l’introverti se crée ses jeux et par contre pose des questions suite à ses réflexions intérieures.
    Mais bien entendu le milieu intervient : c’est à dire les parents (et grand parents) et les frères et soeurs, dans la mesure où ils participent à l’apprentissage de l’enfant.
    Des parents qui parlent énormément à leur enfant introverti, diminueront son introversion et sa propension à la solitude. S’ils guident l’extraverti pour qu’il observe son environnement autre qu’humain, le font réfléchir, il sera moins extraverti.
 Il sera très rare d’arriver à “l’ambidextre” dans ce domaine, mais on peut atténuer l’excès d’une des préférences et arriver à un bon compromis entre l’extraverti et l’introverti, l’une de ces deux attitudes étant évidemment préférentielle.

    La capacité sur laquelle on peut agir le plus si on s’y prends très tôt est la capacité de perception S/G, car elle dépend beaucoup de l’apprentissage de l’usage des sens que fait l’enfant très jeune et de son apprentissage de la prise d’information dans les premières années de sa vie et dans les classes primaires.
    Le nourrisson apprend peu à peu, à entendre, puis à voir, puis à coordonner vue et membres et à se servvir de ses mains, puis à marcher. La formation de l’odorat et du goût est plus tardive, plus longue et plus subtile.
Mais vous l’avez compris les fonctions S/G sont des comportements beaucoup plus complexes qui vont surtout se développer dans les dix premières années.
     Un enfant très”G” n’est pas un bon observateur. Il rêve et se concentre plus difficilement. Il n’est pas méticuleux, n’aime pas les tâches répétitives.
     Si on l’entraîne (en l’amusant), à observer les choses, à se concentrer sur des travaux qui demandent soin et concentration, on diminuera ces inconvénients.
     A l’inverse un enfant S n’a pas d’imagination, ne fait pas de projet, reste terre à terre, comprend mal abstraction et schémas. Le faire jouer à des jeux qui stimulent l’imagination, lui faire faire des projets d’avenir (sur les week-end ou les vacances par exemple), essayer de l’habituer à des schémas, lui apportera un précieux complément.
     Je peux vous donner un exemple précis.
     Je suis personnellement fortement G. Mais mon grand père qui était S, me trouvait trop rêveur et tout en me faisant développer abstraction et schémas (il était ingénieur), il m’a fait faire de nombreuses tâches répétitives, demandant attention et soin, et il m’emmenait dans la nature observer l’environnement et me faisait lister ce que j’avais vu; il me faisait aussi beaucoup bricoler avec lui.
    Arrivé à l’âge adulte j’étais presque autant S que G et cela m’a beaucoup servi d’être ainsi presque ambidextre en perception.
Malgré tout je suis resté davantage G sur deux points : .je serais un mauvais témoin (je ne remarque pas les visages) et je dessine mal (quand je dessine un cheval, on croit que c’est une vache et réciproquement lol !). Je n’aime pas les tâches très fastidieuses et répétitives..
    En tant que G, Je préfère de loin créer, j’aime mieux une carte avec un itinéraire ou un schéma de montage indiquant comment fonctionne ce que je vais monter, à une succession d’indications que l’on suit pas à pas sans comprendre, type notice US.
    Par contre je fais aussi bien de l’analyse (S) que de la synthèse (G),

     A l’inverse une des préférences sur laquelle on a moins d’action est “pessimisme / optimisme”, probablement parce qu’elle correspond en grande partie à un fonctionnement de notre cerveau émotionnel et notamment des centres amygdaliens.
On peut par l’éducation apprendre à un enfant à voir plutôt le verre à moitié plein, à limiter ses remords et ses regrets, mais on n’arrivera pas à l’empêcher de stresser  ou d'être inquiet, plus souvent que l’optimiste.

     Demain je vous parlerai de l’adolescence et de l’âge adulte et du “chemin du serpent” de C.G Jung.

Par Des Geeks et des lettres le Samedi 17 avril 2010 à 21:25
Merci pour l'article ! On pourrait encore faire évoluer de façon bien plus cohérente, naturelle, humaine, le système éducatif. De nombreux thèmes sont déjà repris par les politiques mais jamais appliqués : un maximum d’une quinzaine d’élèves par classe, des enfants mieux respectueux de leurs professeurs car mieux encadrés par leurs parents, des moyens permettant aux professeurs de s’évader de l’enceinte scolaire. Mon avis sur l'inné ou l'acquis ici http://bit.ly/ds1UYI
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2980125

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast