Dimanche 20 avril 2008 à 8:37

Vue, ouïe, toucher...

    Mon article d'hier était un peu austère et la physique a un peu décontenancé certaines lectrices. Alors aujourd'hui on va être plus terre à terre et pratiques.
    Je vais essayer en effet, de vous expliquer aujourd'hui comment fonctionnent nos oreilles.

    Vous voyez un schéma de notre oreille. Peut être vous en a t'on parlé au lycée ?
    Le "pavillon" qui est la partie que l'on voit, le conduit auditif puis le tympan, cette membrane qui isole et protège l'oreille interne et vibre sous l'effet de la pression des sons.

    

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298152.jpg
Ce que l'on connait moins c'est l'oreille interne.


    Elle comporte une partie qui ne contribue pas à l'audition mais à l'équilibre de notre corps lorsque nous marchons, nous grimpons ou nous faisons des acrobaties : ce sont les canaux semi-circulaires.

    Ce sont trois “boucles” à angle droit, comme un trièdre trirectangle :l 'une est parallèle au sol, la deuxième est parallèle au côté de la tête et la troisième est parallèle au front ou au visage. Ces canaux sont responsables de la perception des mouvements de la tête dans trois dimensions.
    Chaque canal contient un liquide et des cils sensitifs reliés à des cellules réceptrices qui transmettent les informations au cervelet. Lors de l'inclinaison de la tête, le liquide exerce une pression sur les cils sensitifs des cellules réceptrices. Les cellules réceptrices transforment cette pression en impulsions nerveuses qui sont envoyés au cervelet  et celui ci a “appris” à contrôler notre équilibre à partir de ces signaux.

    Vous voyez aussi sur le schéma la trompe d'Eustache, canal qui aboutit dans le pharynx. A chacune de nos déglutitions, elle assure l'équilibre de pression entre l'oreille moyenne et l'extérieur, condition indispensable à la mobilité du tympan et donc la transmission des sons.
    Son obstruction par les végétations chez l'enfant pourra être la source d'infections (le médecin opère des végétations);les otites ou une obstruction lors d'un rhume diminuent les capacités auditives.
    En avion quand vous changez d'altitude, des différences de pressions se produisent et vous avez mal aux oreilles  C'est pour cela qu'on vous recommande de sucer un bonbon et de déglutir pour rétablir l'équilibre des pressions.

    Revenons au son et à l'audition.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298156.jpg    Le tympan vibre et transmet cette vibration à trois osselets dont vous voyez le schéma ci-contre (leurs noms servent souvent dans des mots-croisés IoI), qui vont transmettre les sons en les amplifiant d'un facteur d'environ 100 (40 décibels).
    Le marteau est enchâssé dans le tympan en faisant corps avec lui au niveau de la longue apophyse ; sa tête est articulée  avec l'enclume qui lui fait suite (osselet intermédiaire). La branche descendante de l'enclume est reliée à la tête de l'étrier qui va transmetre la vibration sonore à la cochlée.
    En outre des muscles relient ces osselets et  diminuent automatiquement la transmission lorsque la pression devient trop élevée pour portéger dans une certaine mesure la cochlée.

    Ils filtrent aussi les bruits de fond graves pour faciliter l'audition et notamment la compréhension de la parole en ambiance sonore élevée.

    La cochlée est une cavité remplie de liquide, en forme de colimaçon, qui contient des cils vibratiles : une rangée de 3 500 cellules cillées "internes”  et  trois rangées de chacune 4 000 cellules cillées "externes” qui modulent la stimulation acoustique en changeant de longueur.

  Ces cellules font à la fois, une analyse de l'intensité des sons et surtout une analyse de fréquence, qui va permettre leur interprétation.
   
   Sur la figure vous voyez des courbes de réponse des cils en fonction de leur position dans la cochlée et vous voyez que chacun des cils vibratile a sa réponse propre avec un maximum de sensibilité pour une fréquence donnée.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298159-copie-1.jpg

    L'ensemble de la cochlée fait donc à la fois une analyse de l'intensité des sons et surtout une analyse de fréquence, qui va permettre leur interprétation.   
    Gros danger, quand les sons sont trop intenses (plus de 120 db, ce qui peut se produire près des bafles dans une boite de nuit ou avec les écouteurs d'un baladeur), les cils vibratiles cassent et ceci définitivement et l'audition devient défectueuse.

    Un ou 2 canaux ioniques par cil (de grosses protéines laissant passer les ions), s'ouvrent si la cellule est activée par un son de la fréquence appropriée et laissent entrer des ions Ca++ qui engendrent l'influx nerveux en moins d'une milliseconde
    Il existe environ 30 000 fibres nerveuses dans chaque oreille. Ces fibres transmettent des signaux d'influx nerveux au tronc cérébral et au cortex auditif du cerveau.

    Dans le prochain article nous parlerons de l'interprétation par le cerveau de ces signaux.

Par mamour44444 le Dimanche 20 avril 2008 à 9:11
une très belle machine quand meme ce corps humain
merci pour ce bel article instructif qui rappelle de belles choses
:)
Par Maybe.Be le Dimanche 20 avril 2008 à 17:58
Je Vous remercie sincèrement de Vos encouragements. Vraiment. Même si ce n'est qu'un faible mot Merci.. Il est sincère.. Réellement..
Par Missing.Feeling le Dimanche 20 avril 2008 à 18:49
Et pour Vous répondre. Non non. Vous ne Vous êtes pas trompé ! C'est juste que certaines réactions me font peur alors je préfère utilisé un autre pseudo.. Encore merci de tout Vos passages.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2532463

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast