Jeudi 22 février 2007 à 15:52

Amour et peines de coeur


        A chaque période de vacances je reçois des mails de jeunes ados éplorées qui ont "perdu" leur petit ami qu'elles connaissaient depuis la rentrée des classes, et elles m'expliquent ce qu'il était pour elles, un "compagnon de sorties" sur lequel elles pouvaient compter aux yeux de leur entourage, une sorte de "chevalier servant".
        Et dans plusieurs cas c'est leur meilleure amie qui leur à "fauché" ce garçon.

        Je leur répondrai bien sûr individuellement, mais je suis tout de même un peu étonné par certains comportements dont j'ai déjà parlé dans ce blog.

        J'ai vraiment l'impression d'être un vieux singe d'autrefois.

        Pour moi, aimer quelqu'un, c'est d'abord avoir une amitié de plus en plus profonde, qui peu à peu se transforme en amour, de telle sorte que ceux qui s'aiment aient des réactions affectives et émotionnelles communes et  représentent vis à vis des autres, un “couple uni”, qui privilégie chacun des deux êtres par rapport aux autres.
        Par ailleurs l'amitié, si elle est profonde, est un lien très fort qui implique un profond respect de l'ami et le souci de son bonheur.

        Je constate aujourd'hui que ce n'est plus toujours vrai pour les jeunes filles et que ceci est  presque totalement ignoré par les garçons, qu'ils soient dans l'enseignement secondaire (avant le bac), voire dans le supérieur.
        Je ne parlerai pas des garçons qui ne cherchent que des conquêtes, puis s'en détournent aussitôt qu'elle est faite et se vantent auprès de leurs camarades du nombre de leurs “exploits”.
     
        Je pense aux  garçons “réputés sérieux,”, auxquels on peut faire confiance et qui disent aimer profodément leur petite amie.
        J'ai l'impression que même ces garçons voient en fait l'amour comme des gamins et ne connaissent plus la communion de pensée d'un “couple”. Sans doute sont ils trop jeunes ?
        Leur “petite amie” est la fille avec laquelle ils sortent, qui les accompagne dans le groupe de jeunes dont ils font partie, mais c'est pour eux la vie du groupe et leur vie personnelle dans leur environnement, qui comptent avant tout.
        Le souci de l'autre, de partager ses idées, de participer à sa vie, de faire son bonheur, passe au second plan.

        Certes beaucoup de ces petites amies finissent par se contenter de cela. Mais d'autres ont des aspirations de femmes, d'avoir une vie affective et des projets communs, de partager les joies et les peines, bref d'être le plus heureux possible, mais ensemble et l'un par l'autre. Les joies c'est assez facile à partager; mais pour partager les peines, il faut davantage de volonté, de sensibilité et d'amour
         Et si cela leur est refusé, ces jeunes filles à la fois altruistes et romantiques, (dont beaucoup ont cependant les pieds sur terre), se sentent abandonnées parce qu'elles aiment vraiment, alors que leur ami en est encore à l'amourette égoïste d'ado, qui ne doit surtout pas déranger son petit bonheur quotidien.
     
        Je constate une fois de plus qu'entre 14 et 18 ans, il y a une énorme différence de mentalité sentimentale entre garçons et filles et c'est cette différence qui est à l'origine de la plupart de vos chagrins d'amour.

        Ce qui m'effare encore plus c'est la conception de l'amitié d'une fille qui trouve normal et n'hésite pas à “piquer” le petit ami de sa meilleure amie. (est ce de l'amour, de l'envie, de la jalousie, je ne sais, mais sûrement pas de l'amitié ?).
        Et cela n'apas l'air d'être un fait isolé.
        Certaines d'entre vous, à qui c'est arrivé, n'osent même pas essayer de reconquérir leur ex-ami, de peur de lui faire du mal, ainsi qu'à sa nouvelle conquête, autrefois votre amie.
        J'avoue que j'admire votre abnégation. Moi je me serais fâché avec eux deux et sans ménagement, parce que l'amitié, cela implique un respect de l'autre et de soi-même.
     
        Et oui, je suis un singe “vieux jeu”. Pour moi, il ne peut y avoir amitié ou amour sans que l'autre compte énormément, presque autant que soi même.

        Alors qu'elle est votre opinion à vous ados?


Par Le-Chat-De-Chester le Dimanche 25 février 2007 à 19:15
et bien dans ce cas là, moi aussi je suis vieux jeu! Je trouve inadmissible d'être capable de faire du mal à sa/son meilleur(e) ami(e) en ne pensant qu'à son propre bonheur! Etant grandi dans la magie et l'emerveillement des contes de fées, des livres de pirates, et autres aventures fantastiques, je vois l'Amitié comme quelque chose de magnifique qu'on ne saurait defaire. De plus, avec mes petites experiences, du haut de mes 14ans 1/2 , l'Amitié est quelque chose d'encore plus important pour moi que l'Amour...Alors, quand j'entends parler "d'ami(e) trompant l'autre", je ne peux m'empecher d'être offusquée...
De plus, je pense que certaines personnes cherchent à avoir un(e) petit(e) ami(e) dans le seul but de pouvoir fanfaronner auprès de ses amis et surtout auprès de soi-même, histoire de (se) prouver qu'on en ait capable...
Il y'a,certe, aussi de ce que vous dites par rapport à ce monde idealisé qu'on voit au cinema et à la télé.

Mais quand je regarde autour de moi, que j'écoute, je n'entends qu'une seule chose :"cette année, j'aimerais pouvoir avoir un(e) copain/copine ! Ca craint! chuis celibataire depuis 14ans!".
14ans...ce n'est pourtant pas grand chose, sur environ un siècle non?

Personellement, je ne pense pas faire partie de ma generation sur ce point là, moi, tout ce que j'attends de la vie, c'est du bonheur, des rires, et des rencontres, mais pas forcement amoureuses, moi l'Amitié me suffit largement!

Voilà voilà, je suis heureuse d'avoir pu exposer au regard du monde mon esprit vieux jeu et mes idées encore pleines d'étoiles....

P.S: j'ai changé d'adresse mais j'ai tout de même reçu votre mail. Mon amie semble avoir rêglé son problême...
voici ma nouvelle adresse: le-chat-de-chester@hotmail.fr
Par croque-framboise le Dimanche 24 août 2008 à 20:19
Mmh... je n'ai pas vraiment connu de cas semblable donc je ne peux pas trop en parler...
Cependant, mon copain est sorti avec une amie à moi ( bien avant que l'on ne se mette ensembles ). Lorsque nous avons été ensemble, j'ai mis longtemps à me débarrasser du sentiment de culpabilité vis-à-vis de cette amie. Mais après tout, c'est elle qui l'avait laissé pour un autre, un peu mangeuse d'hommes sur les bords, et ne l'avait pas ménagé.
Cela ne ressemble pas à ce qui est commenté ici, je sais ^^'
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1653266

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast