http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/hypnose11.jpg


          
  Une correspondante m'a demandé si je pouvais expliquer ce qui se passait dans le cerveau d'une personne hypnotisée et à quoi était due l'hypnose.
            En fait on connaît mal cette question, malgré de nombreuses études et au fond, on sait plutôt ce que n'est pas l'hypnose.
            Je vais essayer cependant de répondre à votre question.
 
            Le thérapeute qui veut hypnotiser son patient (je ne parle pas des charlatans de scène et de leurs complices !), lui demande choisir un souvenir agréable qu'il veut évoquer et de le décrire en détail, puis il lui demande de fermer les yeux, et de prendre conscience de la position de son corps et des sensations (bruits) de l'environnement. Il évoque ensuite toutes les sensations liées au souvenir : mots, couleurs, sons, odeurs, toucher...
            La personne éprouve une sensation de bien être, ses muscles se détendent, voire sont parfois animés de mouvements involontaires (notamment des tapotements des doigts), Souvent la déglutition, la respiration et les cillements de paupières se font plus lents ou plus rapides. Les perceptions sensorielles paraissent plus claires, plus précises, plus sensibles, et d'autre part la fatigue musculaire disparaît (par exemple si on maintient une jambe levée).
            Le dialogue entre le thérapeute et le patient s'instaure. A la fin de la séance, il suffit de lui dire de sortir de son état pour que le patient revienne à l'état normal.
            On ne peut faire dire ou faire n'importe quoi à la personne sous hypnose, et notamment quelque chose de contraire à ses principes.
            10% des personnes sont très faciles à hypnotiser, 80% sont sensibles à l'hypnose, et 10% seulement sont réfractaires.
 
            De nombreuses études ont été faites, notamment en imagerie cérébrale, pour essayer de comprendre le phénomène et l'état du cerveau sous hypnose. On peut identifier les zones et centres du cerveau en activité, relever des électroencéphalogrammes, et comparer les résultats à diverses situations connues, tels l'éveil, le sommeil, le rêve...
            On constate d'abord que les centres en activité, et l'intensité de leur activité, varient suivant la nature du souvenir évoqué, et notamment les émotions qu'il induit chez le patient.
            L'hypnose n'est pas le sommeil : la personne peut parler, raisonne et donc le cortex frontal n'est pas en sommeil, les EEg et les mouvements oculaires sont différents.
            L'hypnose n'est pas non plus le rêve qui correspond à une très intense activité cérébrale, notamment des centres visuels, mais à un cortex frontal peu actif.
            Ce n'est pas non plus la méditation, les profilsd'eeg étant différents.
            Certaines zones du cerveau sont activées de façon particulières, comme le cortex cingulaire antérieur qui est un des centres importants de l'attention, ainsi que toutes les zones du cerveau mobilisées pour la production d'images mentales.
 
            L'hypnose apaise la douleur et bloque une partie des sensations douloureuses (certains chirurgiens l'ont utilisée lors d'opérations). Elle augmente les sensations. Elle renforce le pouvoir des mots et des suggestions. Par contre elle diminue la faculté de mémorisation, certains patients ne se rappelant même pas ce qui s'est passé pendant la séance d'hypnose.
            Les performances de la mémoire de travail et de la mémoire à cort terme sont diminuées. Par contre les réactions du cortex préfrontal sont plus fluides, les performances devant des contradictions apparentes étant meilleures.
            Des études ont essayé également d'expliquer larelative inertie et l'absence de fatigue des muscles. Elles ont montré que les commandes motrices du cerveau étaient les mêmes que lors de l'éveil, mais que c'était l'ordre d'exécution donné par le cortex frontal qui était amoindri voire supprimé. On peut suggérer une "paralysie" par hypnose.
 
            L'hypnose est donc une situation neuronale particulière que l'on connaît encore mal.
            Il semble en particulier qu'elle place les 17 centres qui nous permettent de produire des images mentales (les yeux fermés), dans un circuit de contrôle différent de la normale.
            Par exemple il existe des automatismes qui nous font voir et reconnaître les couleurs et les associer à ce que nous voyons. Il semble que ces automatismes soient suspendus et que les réflexes correspondants soient alors soumis au langage, donc au cortex frontal qui en reçoit les interprétations du centre de Wernicke. Ainsi un hypnotisé peut voir mentalement l'herbe rouge si on le lui suggère. On peut pendant l'hypnose créer des réflexes provisoires de synesthésie (association par exemple de chiffres et de couleurs, ou de sons et de couleurs...).
            A l'inverse d'autres données ne sont pas utilisées au cortex frontal : par exemple les patients peuvent mieux résister à une sensation de douleur sous l'effet du froid. Pourtant il semble qu'elles soient transmises, mais restent inconscientes, car dans ce cas, les patients qui réalisent en même temps une expérience d'écriture automatique (peu consciente), se plaignent du froid ressenti par leurs doigts.
 
            En fait l'hypnose reste un phénomène encore peu compris, cas particulier de la conscience, dont la connaissance est également embryonnaire.
Par maud96 le Mercredi 7 août 2013 à 18:33
Je tente de m'hypnotiser chaque soir avant de m'endormir : çà ne marche pas toujours ;))
Par JACk-sCEPTikE le Jeudi 8 août 2013 à 2:22
Hello, petit commentaire d'un étudiant féru d'erickson et de systèmes, et qui a un peu joué avec sa psychée.

Tu l'as dit, l'état de conscience sous hypnose n'est pas le même qu'en méditation (quoi qu'en fait il existe des types très variés de méditation et donc d'états de conscience associés).
Ceci dit j'ai trouvé très similaires les effets de l'hypnose, de l'état de transe (pas en méditation, au contraire). Mais j'avais pas d'électrodes sur la tête et je n'avais la vue que sur ma conscience et mon comportement....).

Ceci dit j'avait fait ce rapprochement entre les deux (tu pourras peut-être confirmer ou infirmer) : la dissociation mentale. (opposée à la méditation, plutôt "associative")

Pour entrer en état d'hypnose, on porte son attention vers d'abord la voix de l'hypnotiseur (oui, ce n'était pas thérapeutique ^^), PUIS vers sa voix + un type de souvenir (visuel seulement), PUIS vers voix + souvenir visuel + souvenir auditif, etc.

Quand je veux me mettre en état de transe, je commence par écouter de la musique (souvent de la musique électro ou du punk : des musiques un peu "décomposées", j'aime bien l'électro en changeant les fréquences (basses ou plus aigues) vers lesquelles je porte plus mon attention), sans trop bouger. Jusqu'à entendre beaucoup de ses parties à la fois, d'en avoir pleinement conscience. Généralement a ce moment là je n'ai plus conscience de grand chose d'autre que les sons, même pas conscience de ce que mes yeux ouverts voient pourtant.
Puis, ça se fait un peu tout seul, mon corps commence à s'animer, en rythme avec ces musiques qui pourtant n'en ont plus vraiment. C'est d'abord des tout petits mvts des muscles proximaux, à peine un "gigotage"... Petit à petit mes mouvements se font plus amples et saccadés, ou au contraire "enroulés" mais toujours en s'amplifiant. A ce moment là je suis à peine à l'entrée de la transe, mon état de conscience est déjà très modifié mais ce n'est rien.
Je fais ça, je continue ma danse frénétique, folle (d'ailleurs je pense que certains autour doivent un peu flipper xD), jusqu'à l'épuisement.
Quand j'ai vraiment plus aucun souffle je suis obligé, en plus de me concentrer sur la musique, de me concentrer sur mon souffle, et je m'enfonce plus profondément dans la transe, je dissocie encore mon attention et, ce faisant, toute ma psychée.

Après un moment, je ne sens plus mes jambes ni mes bras ni ma fatigue ni mon souffle, ni la danse, ni la musique, ils s'effacent tous petit à petit.
(Bien sûr, je suis prudent et j'ai un pote lucide à côté qui veille au grain !!!!! Ca peut prendre parfois plus de deux heures de danses efrenée sans discontinuer avant de "partir", ça demande des efforts cardiaques assez intenses qui m'ont fait arrêter l'expérience plus d'une fois en cours de route).

Une fois dans la transe, c'est un monde indescriptible, tout ce qui auparavant avait du sens n'en a plus. Un loup existe encore dans ma tête, mais ce n'est plus un animal, c'est autre chose, un ensemble de sentiments et de pensées, de souvenirs liés entre eux.

Dans ces moments là ma conscience surface est (presque) complètement endormie je pense et ne subsiste plus que "le vaste Océan". L'impression de lucidité extrême est assez jouissive je dois l'avouer. De connexion avec l'univers (paradoxal puisque je suis au plus profond de moi même... ceci dit... j'y crois à cette connexion sous transe). Quand je sors d'une transe et si, par exemple, j'avais un problème difficile à résoudre (aaah la balance du pour et du contre, parfois si subtile qu'on en choisirait tout ou rien... au lieu du choix juste), je le vois sous un nouveau jour. J'ai des souvenirs (parfois oubliés depuis longtemps) qui remontent et qui m'aident à voir différement le problème et trouver des solutions assez originales pour le résoudre.

Bref, en tout cas merci pour un article qui m'a bien intéressé.
Pour les gens intéressés par la psyché, je recommande la méditation (dont la plupart des techniques reposent sur l'association de l'esprit : 6 5 4 3 2 1 (voire, pour les plus doués, zero ?)).
La transe fait l'inverse, elle veut dissocier l'esprit (1 2 3 4 5 6 7 8 9....).
J'ajoute aussi que j'ai arrêté d'explorer l'état de transe, pour la simple raison qu'il est difficile de dissocier son esprit, mais qu'il est encore plus difficile de le réassocier derrière. J'ai fait la connerie de vouloir TROP le dissocier et je suis resté "bloqué" dans cet état de transe pendant une semaine. Une semaine sans pouvoir dormir, communiquer de manière censée, ou même se déplacer normalement... Compliqué. (et merci à ma copine d'avoir su me "ramener")
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3247616

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast