Vendredi 17 décembre 2010 à 8:11

Biologie, santé.

    Une belle topiaire :

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/horloge.jpg

    Prendre son temps, perdre son temps, avoir le temps ou ne pas en avoir, le temps de vivre, le temps d'aimer.....
    Le temps file, insaisissable, à peine perçu, déjà passé.
    “A la recherche du temps perdu” avec Marcel Proust .

    Les expressions évoquant le temps sont nombreuses, et pourtant saint Augustin disait “savoir fort bien ce qu'est le temps, jusqu'à ce qu'on lui demande de l'expliquer”.
    Le temps est aisé à percevoir, mais difficile à définir.

    Le temps passe vite quand on s’amuse ou qu’on est passionné par ce que l’on fait, et s'étire quand on s'ennuie; le temps d'avant est assimilé au « bon vieux temps », car le cerveau agit comme un filtre positif qui estompe les souvenirs des événements négatifs; le temps semble se contracter quand on est très occupé.
    Aujourd’hui le temps s’accélère en apparence devant l'excès d'informations, d'images, de courriers électroniques, d'appels téléphoniques qui nous assaillent.
    Et le futur sera toujours pour tous l’inconnu qui fait peur, mais aussi le jeu des rêves, des désirs et des projets.

    Les physiciens le considèrent comme une grandeur indispensable à la physique newtonienne, pertinente dans notre environnement terrestre.
    Mais, dès 1915, la théorie de la relativité d'Einstein a condamné le temps et nous n'en avons pas encore bien pris conscience.
    A l’échelle de notre terre, le temps s’écoule en physique Newtonnienne de façon régulière, seconde après seconde. Nous pouvons le définir de façon très précise à partir de fréquences de vibrations atomiques.
    Nous pouvons synchroniser des horloges et donc définir partout le même temps, et ayant ainsi déterminé le temps de début et le temps de fin d’un phénomène, nous pouvons en définir la durée de façon précise et la même pour tous les observateurs.
    Il existe bien quelques problèmes quand on se met à faire comparer des mouvements par des observateurs qui se déplacent l’un par rapport à l’autre, par exemple l’un dans une gare et l’autre dans un TGV qui passe dans la gare à toute vitesse. Les durées ne sont pas alors les mêmes, mais la différence est si infime que cela n’a aucune importance en pratique.

    Sur notre terre tous les phénomènes sont liés par le temps : ils se produisent ensemble, ou l’un avant ou après l’autre.
    Quand on étudie les phénomènes dans l’espace planétaire, ce lien entre phénomènes n’existe plus de la même façon, parce que, sur une distance extrèmement grande l’information met un certain temps à parvenir d’un point en un autre (bien qu’allant en général à 300 000 km/s)..

    Supposons une planète suffisamment loin de la terre pour que l’information mettre dix minutes pour parcourir la distance qui les sépare..
    Un événement A a lieu sur la planète et un autre événement B, 5 minutes après sur la Terre. En fait comme l’information met dix minutes à venir sur terre l’événement B aura lieu pour ses habitants 5 minutes après l’événement A au lieu de 5 minutes avant.. Le temps n’est plus un facteur qui lie les phénomènes de façon fiable.
    Allons plus loin : supposons une planète à 3 millions de km de la terre. L’information met 10 secondes pour arriver de la planète sur la terre. Supposons deux événements A et B successifs qui sur terre seraient la conséquence l’un de l’autre (A -> B). Si l’événement A se produit 5 secondes avant l’événement B celui ci pourrait être sa conséquence sur terre. Mais si A se produit sur la planète, l’information arrivera sur terre cinq secondes après B : B ne pourra plus être la cause de A !!
   
    Les choses se compliquent encore quand on étudie des phénomènes physiques où les observateurs se déplacent à des vitesses très grandes qui ne sont pas négligeables devant  celle de la lumière.
    Dans les calculs que l’on peut faire, on traite alors le temps comme une dimension analogue aux  coordonnées spatiales dans un espace à quatre dimensions x, y, z, t. avec toutefois une propriété particulière pour le temps : il s’écoule dans un certain sens; on ne peut pas le remonter comme l'espace.. Mais les durées ne sont plus les mêmes pour des observateurs qui se déplacent à des vitesses différentes et cela donne lieu à des “paradoxes” car nous ne sommes pas habitués à de tels phénomènes.
    Enfin quand on étudie les “particules”, comme par exemple le photon ou l’électron (vous avez entendu parler de ces deux là !) on ne peut plus calculer les paramètres de leurs mouvements les uns à partir des autres mais seulement la “probabilité qu’ils aient une certaine valeur”.
    Je vais essayer de vous expliquer cela de façon simple, bien qu’en simplifiant beaucoup je ne sois plus tout à fait exact !
    Supposez que vous vouliez connaitre la vitesse d’un électron comme vous voudriez mesurer celle d’une voiture. Vous regardez la position de la voiture à un instant t, puis à un instant t + ΔT: vous mesurez la distance ΔL parcourue et vous écrivez  ΔL = v ΔT, ce qui vous permet de calculer la vitesse v. Pour voir la position de la voiture, vous avez reçu sur la rétine de votre oeil les photons lumineux réfléchis par la voiture.
    Mais prenons maintenant l’électron. Pour “voir” où il se trouve vous allez lui envoyer un photon, qui le cognera et vous saurez ainsi où il est au temps t. Vous devez recommencer au temps t + ΔT. Mais pour la voiture le fait de recevoir les photons réfléchis par sa carrosserie ne modifiait pas sa vitesse, car l’énergie des photons était minime par rapport à celle qu’il faut pour déplacer une voiture !
    Ce n’est pas vrai dans le cas de l’électron et en le "voyant" à l’instant t vous perturbez son mouvement et vous changez sa vitesse.
    Donc vous ne pourrez jamais mesurer sa vitesse de façon exacte.
    C’est ce qu’on appelle le principe d’incertitude d’Heisenberg, et on sait ensuite faire des calculs très compliqués qui permettent de lier les grandeurs par des probabilités (cela ressemble à des calculs d’erreurs que vous faites en TP de physique).
    Rassurez vous je ne vous en parlerai pas : j’ai d’ailleurs suffisamment oublié les maths que j’ai appris en école d’ingénieur et je ne saurais plus les faire ! lol

   
Voilà donc une première réflexion sur le temps.
    Le temps... mesure physique ou donnée psychologique et biologique?
C’est la question que je voudrais poser dans mon prochain article en parlant du "temps circadien", et des "horloges" qui régulent notre vie biologique journalière et saisonnière..
Par AUGREDUVENT le Vendredi 17 décembre 2010 à 8:30
Le futur existe déjà, le passé est encore là. Le temps est donc une illusion que nous fabriquons en parcourant le chemin de la vie
bonne journée
Marie
Par LEPENSEURDUJOUR le Samedi 18 décembre 2010 à 8:40
Je vais te donner ma vision du temps, partant du principe que je ne parlerai pas de la qualité du temps, qui pour moi dépend de chaque individu, chacun occupant son temps comme il le conçoit, il est responsable de la qualité de ce temps, je pense à la durée du temps, et même si sur un plan scientifique le temps est le même pour tout le monde, je pense qu'à titre individuelle, sa perception est différente en fonction du vécu de la personne, je m'explique, un enfant de un an, pour lui, une période de 6 mois représentera 50% de son vécu, par contre lorsque qu'il aura 70 ans ces mêmes 6 mois ne représenteront plus que 1/140ième de son vécu, donc 6 mois paraîtront plus court si j'ai 70 ans que si j'ai un an
C'est une vision un peu simpliste,mais j'aime les choses simples
passe une belle journée
amicalement
Claude
Par alyane le Dimanche 19 décembre 2010 à 8:45
A leur manière, ils se préoccupent du temps et de l'avenir des hommes...
Les premiers théoriciens de la musique étaient aussi astronomes, astrologues jusqu'à la renaissance, puis par la suite ils se sont restés dans leurs domaines, musiciens praticiens et théoriciens.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3069926

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast