Dimanche 11 septembre 2011 à 8:26

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Psycho/multipleintelligences.jpg

    Lorsque nous naissons, certes notre cerveau possède un certain nombre de fonctions “précablées”, celles qui permettent la vie. (respirer, toute la chimie des ADN et des protéines, le fonctionnement de nos organes, dormir, et certaines actions de défense....).
    Notre cerveau a ensuite des potentialités qui se tranformeront d’elles mêmes (mais plus ou moins vite et bien), en actes : nos cinq sens, prendre un objet, manifester certaines émotions... Toutefois on sait que cette évolution s’arrête vite (voir les enfants qui ont été élevés par des animaux, notamment des loups ou ceux qui ont fait, hélas, l’objet d’expériences de Frédéric II de Prusse).
    Mais il y a aussi des potentialités qui ne se manifesteront que si l’on forme son cerveau à ces actions : marcher sur deux jambes, parler, lire et écrire, l’abstraction... Cela n’est possible qu’au contact d’autres hommes (notamment nos parents).
    Notre cerveau est donc presque vierge à la naissance et c’est notre environnement qui le forme, grâce au mécanisme extraordinaire des centres d’apprentissage.

    Qu’est ce que l’intelligence ? C’est presque impossible à définir.

    L’intelligence, c’est d’abord notre mémoire pour au moins 60%.

 Voyez ce que devient une personne atteinte de la maladie d’Alzeimer !
    Mais ce n’est pas uniquement mémoriser : c’est retenir en comprenant et éventuellement avec un mode d’emploi de ce qu’on a retenu.
    C’est donc “réflexion plus mémorisation” : le cortex frontal plus l’hippocampe et le thalamus en simplifiant beaucoup qui sont les chefs d'orchestre  de nombreuses parties du cerveau qui interviennent dans le stockage des informations.   

    Ce qui différencie les singes supérieurs, nos cousins, des autres animaux, c’est qu’ils sont capables de comprendre et d’utiliser un langage simplifié, par exemple le langage des sourds-muets, avec toutefois un vocabulaire et une syntaxe limités.
    Le propre de l’homme c’est le langage, et sa force c’est la communication.
    Donc l’intelligence c’est la connaissance de sa langue maternelle (et éventuellement d’autres langues), avec non seulement un vocabulaire étendu, mais aussi le sens à la fois, de la précision et des nuances, la faculté de communiquer, c’est à dire de se faire comprendre, d’analyser, de synthétiser, d’expliquer, de résumer et de disserter.

    Le propre de l’homme, c’est aussi le raisonnement, donc une certaine méthode, une certaine logique, la capacité de prévoir et d’anticiper.

    L’homme vit dans un monde à trois dimensions plus le temps. La capacité de se représenter dans son cerveau ou graphiquement l’environnement, (dessins, schémas et cartes), de maîtriser le temps, fait donc partie de l’intelligence.   
   
    Ce sont d’ailleurs ces trois dernières sortes de qualités que l’on teste dans les QI.

    Mais cela c’est le “réel”. Or l’homme est capable d’imaginer, et le propre de l’homme, c’est aussi la représentation abstraite, au départ spatiale, mais ensuite intellectuelle qu’elle soit scientifique ou philosophique.
    Cette imagination ne doit toutefois pas dériver dans le farfelu et l’impossible : une des manifestations de l’intelligence est de garder les pieds sur terre, ce que nos grands parents appelaient le “bon-sens”.
    Maîtriser le temps c’est aussi prévoir, non seulement son environnement, mais aussi les conséquences de ses actes et de ceux des autres.
     Je suis étonné par le manque de capacités de prévision des gens de nos jours (et pas seulement les jeunes !). Par exemple, en bord de mer, la plupart des routes ne comportent pas de trottoir et les gens cheminent sur les bas cotés des chemins où passent voitures et motos. Il est étonnant de les voir marcher sur la droite de la chaussée, alors qu’à gauche ils verraient les véhicules en face et pourraient se garer à temps, et encore plus étonnant de voir les parents tenant par la main leurs enfants, du coté de la route et non de celui de l’herbe. Où est passé le bon sens ? Ces gens sont ils intelligents ?

    Enfin le propre de l’homme c’est aussi d’avoir des émotions, d’essayer de les comprendre, de les maîtriser, de les communiquer et ces émotions aboutissent aux sentiments.

    Cette analyse est très succincte, et je suis sûr que mes correspondantes qui font des études de lettres et de philo en diraient bien plus, mais j’avais besoin de cette analyse pour poursuivre demain sur la formation de notre cerveau.

    Mais pour conclure, une réflexion qui va scandaliser certains.
http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/intelligenceL3.jpg     Je ne crois pas que l’hérédité et l’innéité intervienne dans notre intelligence pour plus de 20%. 80% à mon avis, vient de notre éducation.
    Former ainsi peu à peu notre cerveau, “acquérir de l’intelligence”, demande de l’action, un peu d’imagination et beaucoup de travail.
    Nos parents savaient cela sans avoir de connaissances sur le fonctionnement du cerveau. Tout petits on nous habituait à imaginer, à agir et surtout à travailler, à faire effort , certes à trouver cela fatigant, mais en étant heureux du résultat.
    Aujourd’hui on se débarrasse des enfants, tout jeunes, devant des jeux, la télévision et les jeux d’ordinateur.
    On en fait ainsi des larves qui ne savent plus faire d’effort, qui n’ont plus d’imagination et qui ne savent plus ni agir, ni travailler.
    En plus beaucoup de parents ne savent plus donner des règles et une hygiène de vie à leurs enfants, ne leur refusant rien, de peur que ces enfants ne les aiment pas. On en fait des tyrans qui ne savent plus qu’obéir aux pulsions, dénaturant ainsi la fonction de leurs centres d’apprentissage en centres du plaisir exclusivement .
    Beaucoup de parents croient aujourd’hui que c’est aux formateurs (crèche, maternelle, primaire, secondaire..) d’éduquer leurs enfants, ce qui est une grossière erreur. Certes ces personnes peuvent leur apprendre beaucoup, ce qui développera leur intelligence, mais la capacité première de formation des habitudes de vie et de pensée qui permettront ensuite les progrès lors des études, ce sont eux, parents, qui les donnent, et faute de le faire, ils handicapent l'avenir de leurs enfants..
 
   En fait si nous arrivons à devenir intelligents par la suite, je pense que c’est surtout à nos parents que nous le devons, puis à nos enseignants et formateurs, mais à condition que nous fassions nous-mêmes l’effort nécessaire, en travaillant..
    Et vous remarquerez qu’à aucun moment je n’ai parlé de “culture”.!
Par alyane le Dimanche 11 septembre 2011 à 14:55
hier en discutant avec des parents, je leur ai dit que j'avais des exigences dans le travail et je vérifiais toutes les semaines le travail effectué. AUcun ne s'est plaint de mes paroles...
Par kaa le Dimanche 11 septembre 2011 à 16:00
aucune possibilité de déplacer plusieurs images à la fois
il faut effectivement les déplacer une par une

en fait moi je fonctionne pour les images d'article avec un répertoire par année avec 12 sous répertoires pour les 12 mois.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3136340

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast