Mardi 27 mai 2014 à 8:22

Amis et camarades

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/CONSEILSCONTRELEHARCELEMENT2.jpg

       Hier, je vous ai parlé du harcèlement, notamment sur internet et des harceleurs. Aujourd’hui je me mettrai à la place des victime pour trouver des solutions.

       Le harcèlement en milieu scolaire a des conséquences bien connues sur les victimes : augmentation de l'anxiété, symptômes dépressifs, troubles du comportement alimentaire, faible estime de soi, mauvais résultats scolaires, difficultés d'ajustement psychosocial, crainte de fréquenter les lieux scolaires. C'est ce qu'on trouve aussi chez les victimes de cyberharcèlement.
       Certains harcèlements ont mené leur victimes au suicide, et une enquête aux USA réalisée sur 37 fusillades dans les établissements scolaires de l974 à 2000 et sur 41 agresseurs, a révélé ce constat alarmant, que71 % d’entre eux se sentaient harcelés,
persécutés, ou blessés par les autres personnes de leur entourage scolaire avant leur acte.
      D'autres observations montrent que les échanges enflammés, abrupts, hostiles ou agressifs et violents sont plus fréquents lorsque les communications passent par un ordinateur, que lors d’un face-à-face entre agresseur et victime.
      Celle ci est désemparée et sans réaction sur internet, car elle ne sait pas comment agir, alors qu’en face à face elle saurait mieux répliquer et se battre..
      Un jeune malmené, harcelé, est un jeune en souffrance. Il s'agit d'une souffrance psychologique qui entrave sa construction identitaire.
      Alors que l'adolescent est en quête de sa propre identité en imitant, s'identifiant, s’appropriant ou rejetant, les différents traits de personnalité de son entourage, le harcelé, lui, est obnubilé par l’image que lui donnent ses tortionnaires. Réduit à cette image, il n'a pas, comme les autres adolescents, la possibilité d'expérimenter, de se chercher pour se trouver. Le regard de ses agresseurs lui renvoie une image négative de lui-même.
      Cette violence n'est pas à prendre à la légère. Elle peut avoir de graves répercussions sur la santé physique et psychique de la victime. Des signaux visibles émis par le jeune souffre-douleur peuvent apparaître : maux de ventre, maux de tête à répétition, troubles du sommeil, agressivité envers les proches, colères, malaises sur le chemin de l'école, refus de s'y rendre, stratégies d'isolement et d'évitement, mutisme, baisse des résultats scolaires, vêtements abîmés, matériel détérioré ou perdu…

      J’ai eu souvent des plaintes de correspondantes qui étaient ainsi agressées par un groupe d’élèves, qui évidemment les excluaient du groupe, mais de plus incitaient les autres à faire de même et les tournaient en ridicule devant leurs autres camarades.       
     J’ai aussi correspondu avec des jeunes que l’on insultait sur internet, sur lesquels on lançait des rumeurs, ou que l’on ridiculisait de façon humiliante.
    Je ne rentrerai pas dans les détails, ce serait indiscret et n’apporterait rien, mais ce qui m’a frappé c’est que lorsqu’on est ainsi seul(e), isolé(e) et abandonné(e) de tous, on est complètement paralyse(e), incapable de faire face et donc acceptant tout malgré soi, donc encore plus vulnérable.
    Alors que faire si on est ainsi harcelé(e).

    J’ai déjà fait plusieurs articles, les 17 et 27 février 2013 et 2 décembre 2013, sur ce sujet. Je ne reviendrai pas sur les problèmes que j’exposais, mais je me contenterai de quelques conseils.

    Que faire sur internet ?
    - D’abord des mesures de précaution, ne pas converser avec n’importe qui, lorsqu’on met des commentaires sur un blog, essayer de voir si la personne a un site pour voir ce qui y est traité.
    - Rester discret, ne pas donner son nom ou son adresse à quelqu’un qu’on ne connait pas. Ne pas raconter sa vie à n’importe qui.
    - Etre prudent avec une webcam : quelqu’un peut filmer à votre insuou vous choquer avec des images ou gestes et faire ensuite du chantage.   
    - Si votre interlocuteur est désagréable ou commence à vous harceler, cela ne sert à rien de lui demander d’arrêter, cela ne fait que l’exciter.
    - On peut lui voler dans les plumes verbalement , cela en arrêtera certains et cela vous calmera peut être, mais cela risque aussi l’inciter à faire pire.
    - Le mieux c’est de couper le contact et de l’exclure de votre site.
    - Si sur un site autre on dit du mal de vous, ne le relevez pas et n’y allez plus. Dites vous que peu de personnes le verront. Y aller ne fait que satisfaire le harceleur.  Vous pouvez évidemment répondre, mais cela risque d’augmenter le niveau du  harcèlement. Si vous arrivez à tourner en dérision votre adversaire avec humour, en ayant l’air par ailleurs de ne pas souffrir de ce qu’il a écrit, vous avez quelques chances de le faire renoncer.
    - Mais ne faites pas une montagne avec de petites remarques désagréable : ne vous montrez pas susceptible : que l'on se moque gentiment parfois d'un camarade, qu'il y ait parfois des heurts verbaux entre deux personnes, c'est normal.
    Ne prenez pas tropre au sérieux ces agissements. Ce que pensent des imbéciles n'a pas beaucoup d’importance. Ensuite, effacer ces commentaires désagréables. Et si vraiment cela devient insupportable, changer de blog, en créer un autre dont vous ne donnerez l'adresse qu'à vos amis et recopiez y vos articles.
           - Et si vraiment cela va plus loin que vous ne le supportiez, confiez vous à un(e) ami(e), à un adulte en qui vous avez confianve ou à vos parents.
    Il m’est déjà arriver d’avoir une explication avec un harceleur pour lui faire arrêter d’importuner une correspondante.

            Que faire pour un harcèlement en classe ?
    - S’il s’agit de petites moqueries sans grande répercussion, il ne faut pas vous montrer trop susceptible. Ce que j’ai dit plus haut reste vrai.
    - SI un groupe vous prend pour souffre douleur, et si vous avez de bons camarades, allez avec eux et en groupe, ignorez l’autre groupe et serrez vous les coudes.
    SI vous êtes un souffre-douleur isolé(e), parlez en à l’infirmière, à un prof sympa ou à vos parents qui eux verront les professeurs.
    Et dans le cas de vols, rackets, mauvais traitements, il ne faut pas le cacher, il faut porter plainte
.
       
    Ensuite il faut se reconstruire et pour cela ne pas croire tout ce qui vous a été méchamment dit. Il n’y a pas le dixième de vrai. Confiez vous à des amis, discutez avec eux : vider son sac fait diu bien.
    Puis repartez de l’avant : c’est l’avenir qui compte, pas le passé.

    Et un point qu’il ne faut pas oublier, mais je ne peux guère en parler car c’est tout de suite très personnel : un petit ami à l’esprit tordu peut être un manipulateur, un harceleur, et la conduite à tenir est la même, mais c’est plus difficile si vous l’aimez.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3265812

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast