Vendredi 27 février 2009 à 10:22

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

    Une de mes correspondantes m’écrit, à propos de l’inconscient et de Freud :

“ ....je voulais préciser que, durant des séances, il y a eu la preuve que l'inconscient stocke TOUT depuis la naissance , et le corps se souvient de tout, également.
Grâce à une forme d'hypnose (de vrai pas un truc de charlatan "regardez ma pendule et fermez les yeux" hein !) il est possible de revivre sa naissance. Il s'agit d'une expérience horrible, on se sent macéré dans un tube très étroit, l'oxygène nous brûle les poumons, pour la première fois (etc.)
 Un homme, après avoir revécu sa naissance plusieurs fois, a eu la surprise de voir réapparaitre la trace des forceps sur son front ou ses tempes, je ne sais plus....”


    Ce que tu dis est plutôt philosophique ou issu de “croyances” de psys
Tu as à la fois raison et tort ^ ^

    Tu as raison de dire que l’inconscient au départ  stocke tout....ce que le cerveau perçoit et interprète et pas autre chose.

    Parlons d’abord de nos cinq sens :
    Quand nous sommes réveillés, nos cinq sens recueillent des “perceptions” et les centres correspondants du cortex les interprètent, ce qui met en jeu des centaines de millions de neurones !
    Des neurones du ‘tronc cérébral” (dans le prolongement de la colonne vertébrale), oscillent et envoient des signaux de fréquence 40 herz , qui vont synchroniser certains des neurones de la perception, lesquels, à un moment donné vont traduire des sensations relatives à certains objets ou mouvements.
    Le thalamus, dans le cerveau émotionnel est en quelque sorte la gare de triage de l’information en provenance du reste du corps. (voir schéma). 

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/thalamus.jpg

    Ses neurones font, avec une fréquence de 80 herz, c’est à dire toutes les 12,5 millisecondes, le tour des neurones qui ont transmis un influx nerveux et qui eux ne transmettent leurs signaux qu’à une fréquence de 40hz.
    Donc :
    - si deux (ou plusieurs) phénomènes sont séparés par moins de 12,5 ms, un seul sera perçu (le premier détecté);
    - si un neurone réagit à une sensation, il n’émet qu’une information toutes les 25ms; le thalamus percevra donc 1information, rien, une information, rien.... exactement comme un projecteur de cinéma crée à la projection :  image, noir, image, noir, ce qui lui permet de séparer les images et de réaliser le mouvement.
    - si des neurones représentent des morceaux d’une image par exemple, ils sont synchrones et donc les informations arrivent en même temps, ce qui permet de reconstituer l’image, et s’il y a en même temps, un son, un toucher, une odeur,de représenter la scène.
    - notre cerveau est adapté à notre survie. Si un chien aboie, il faut que tu sois vite prévenue et cela plus vite que 12ms. Ce son inattendu remet à zéro le balayage du thalamus, de telle sorte que l’alerte puisse être donnée en 1 ou 2 ms.
    - tous ces phénomènes sont totalement inconscients. Si nous voulons en avoir conscience de ce qu’est cet aboiement, les amygdales et le thalamus vont synchroniser tous les neurones qui émettent et l’information est envoyée au cortex frontal, tandis que les centres amygdaliens préparent le corps à réagir.
    Le phénomène devient alors conscient pour notre cerveau, qui peut alors orienter nos sens pour avoir des informations complémentaires.

    De plus le thalamus reçoit des informations des centres de “somesthésie” qu’il fait également mémoriser.
Ce sont des sensations conscientes ou non résultant de la stimulation des tissus du corps, sensations qui ne sont ni visuelles, ni auditives, ni gustatives, ni olfactives. Elles sont provoquées par l'excitation de terminaisons nerveuses réceptrices de types variés, (pression, chaleur, douleur...), localisées dans le revêtement cutané et divers tissus plus profondément situés : conjonctif viscéral, capsules et ligaments articulaires.... C’est à tout moment le reflet de l’état de notre corps.

    Enfin le thalamus est en relation avec les divers centres du cerveau émotionnel et avec le cortex frontal et il peut donc également aiguiller certaines réactions émotionnelles ou raisonnables.

    Toutes ces sensations sont effectivement stockées dans des mémoires de travail intermédiaires, mais la plupart, jugées sans intérêt n’y resteront pas et seront détruites. Ce n’est donc qu’un “inconscient temporaire”.
    Certaines qu’elles soient conscientes ou inconscientes et qui présentent de l’intérêt, seront mémorisées par un renforcement des connexions entre neurones, et ceci pour un temps plus ou moins long.

    Ensuite si ce renforcement n’est pas confirmé, elles s’effaceront rapidement peu à peu.
    Si je mets ma voiture à une place de parking, je vais conserver ce souvenir consciemment afin de la retrouver. Par contre si j’ai une voiture devant moi sur la route, son image et le fait qu’elle soit de telle marque ne sera enregistré que de façon inconsciente; au bout de quelques minutes ce souvenir sera effacé à jamais. La place de ma voiture au parking sera conservée quelques heures..
    Par contre si je vois les blessés d’un accident, ce souvenir chargé d’émotion sera conscient pendant quelques temps, puis en apparence oublié, mais restera enregistré inconsciemment, car la charge émotionnelle aura provoqué un renforcement suffisant des connexions entre neurones pour que le souvenir soit durable (conscient ou non).
    Le soir ou un autre soir, au cours du sommeil, le cerveau va faire le ménage. Il va éliminer de nombreuses sensations stockées dans la journée ou les jours précédent, parce qu’il considère, soit qu’elles sont inutiles, soit qu’elles peuvent nous être nuisibles. Et ces perceptions seront supprimées à jamais par diminution de la force des connexions entre neurones.
    Par contre, des souvenirs chargés d’émotion pourront avoir été suffisamment renforcés lors de la mémorisation pour ne pas être ainsi éliminés et resteront donc conscients ou inconscients pour des durées relativement longues.

    Voyons donc maintenant ce que tu me disais sur les souvenirs, leur nature, leur existence et leur persistance :
    L’histoire de la personne qui se souvient de l’accouchement à sa propre naissance est soit une fumisterie de l’auteur de l’article, soit une illusion de celui qui se souvient.
    Un enfant au moment de l’accouchement n’a que des sensations très limitées et il ne sait pas ce que c’est que l’accouchement. Il ne peut donc en garder absolument aucun souvenir à long terme en le reliant à ce phénomène, car ce lien passe par le langage.
    En admettant que la personne sous hypnose ait vraiment ressenti cela, ce sont des représentations qu’elle a vu, lu ou s’est imaginées, alors qu’elle était ado ou adulte, associées au concept  “accouchement” et c’est cet ensemble qu’elle a remonté en mémoire lors de l’hynose, mais ce n’est pas un “souvenir de foetus”, car ils sont limités à la reconnaissance étant bébé de la voix de leur mère ou de bruits particuliers (un carillon de pendule par exemple).
    .Nous avons l’impression d’avoir beaucoup de souvenirs vagues ou même précis de notre enfance. Ceux qui ont une grande charge émotionnelel sont sans doute vrais (au moins une partie d’un souvenir donné, car le reste est peut être imainé aussi). Mais ceux plus anodins ne sont pas de vrais souvenirs, mais des reconstitutions à la suite de récits de nos parents ou de notre famille, de photos, de films, DVD, émissions de télé ou lectures divers.
    D’autres morceaux de ces souvenirs sont de vraies créations imaginaires de ce que nous aurions voulu ressentir ou du fruit de notre imagination;.
    Plus le temps passe et plus l’inexactitude des souvenirs anciens est grande, sauf pour ceux qui nous ont traumatisés, mais encore faut ils, pour ces derniers que nous ayons été capables de les mémoriser.

    Le problème des souvenirs, c’est leur rappel.
    Pour les rappeler c’est comme sur le disque dur de votre ordinateur où il faut une adresse. Il faut la connexion qui mène à un premier groupe de neurones et cette première connexion en entraîne d’autres jusqu’à reconstituer la scène complète.
    Pour ne pas alourdir mon article d’aujourd’hui, je remets à demain ce problème de récupération des souvenirs et je parlerai également de l’hypnose.

Par Zorkya le Vendredi 27 février 2009 à 11:54
après 3 ans de fac de psycho (et une 4ème en cours) c'est l'une des choses des plus intéressantes que j'ai eu l'occasion de lire. bravo
Par lavieselonmoi le Samedi 28 février 2009 à 7:57
Il est vrai que plus on vieillit plus les souvenirs sont durs à faire remonter. Cependant certains sont bien ancrés et vivaces. Le quotidien s'efface très rapidement, et cet article est vraiment explicite. Merci de nous faire découvrir les rouages de l'ordinateur personnel, et trés sophistiqué qu'est notre cerveau.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2798703

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast