Samedi 30 mai 2009 à 10:09

Adolescence

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/P3280202.jpg

     Ces derniers temps, certaines de mes correspondantes, surtout celles qui sont les plus jeunes, (13 -15 ans), ont des moments de révolte contre leurs parents qui “s’opposent à tous leurs désirs”.
    C’est sans doute qu’à la fin de l’année scolaire vous êtes fatiguées, et puis je ne m’inquiète pas trop, il y a toujours une marge entre ce que l’on dit et ce que l’on fait et je sais bien que l’adolescence est une période où la personnalité se forme et où les générations s’opposent, et souvent ne se comprennent pas.

    L’adolescence, quand j’étais jeune, commençait à 16 ans (sauf peut-être pour quelques uns en avance dans leurs études). Aujourd’hui elle commence à 13 ans. Vous vous croyez des adultes, car vous aspirez à l’être, ce qui est normal..
    Vous avez effectivement une autonomie beaucoup plus grande que ce que nous avions autrefois; vous avez des moyens de communication incomparables (nous n’avions que notre voix et nos jambes dans les années 50 !). Vous avez des responsabilités électives, vous menez des revendicatons et organisez des manifs, certains s’intéressent à la politique.
    Vous découvrez l’amour très jeune (ou du moins ce que vous croyez être l’amour; quand j’avais 16 ans, nous nous regardions dans les yeux et nous osions à peine nous embrasser. Je vous vois rigoler!).
    Vous faites là des expériences enrichissantes, mais elles sont souvent stressantes, même pour les adultes. Je reparlerai de cela dans un autre article. Et vous n’avez pas la résistance psychique d’un adulte. De plus c’est la période de la puberté où les transformations psychiques et physiologiques (surtout chez les filles; chez les garçons, cela vient plus tard et c’est moins spectaculaire), apportent un bouleversement qui accroit ce stress, et exacerbe la sensibilité.
    Vous avez donc un risque beaucoup plus grand qu’un adulte (ou que moi, lorsque j’étais jeune), de vous trouver dans des situations où vous vous verrez débordés par vos problèmes. Cela beaucoup de parents n’en sont pas conscients, parce qu’ils imaginent que cela se passe comme dans leur enfance et que leurs enfants ont la même résistance qu’eux face aux problèmes qui ne valent pas la peine d’en faire un fromage.
    Raison de plus pour tirer la sonnette d’alarme assez tôt pour qu’ils aient le temps de s’apercevoir de votre désarroi et de vous expliquer que vous paniquez pour des faux problèmes, ou pour des ennuis mineurs.

    La force d’un adulte (enfin pas toujours), c’est de savoir n’être triste que pour de vraies peines et de ne pas perdre sa santé sur des problèmes qui ne valent pas la peine qu’on s’y arrête.
    L’adolescence est une période de révolte contre l’autorité des parents. C’est normal, notamment chez les filles entre 13 et 16 ans et les garçons de 15 à 18. C’est la nymphe qui veut sortir de sa chrysalide, le bébé qui veut couper le cordon ombilical, le bateau qui cherche à couper les amarres pour voguer à l’aventure.
    Pourtant la liberté totale est un rêve une utopie: on croit cela magnifique de partir à l’aventure (à condition d’emmener télé, téléphone, ordinateur, chaine HiFi.... comme Robinson Crusöe et bien sûr d’avoir l’argent nécessaire pour subvenir à ses besoins)!).
    Vous verrez que plus tard, quand vous serez vraiment libres et complètement autonomes, vous trouverez qu’après tout, ce n’était pas si mal que cela de vivre chez papa et maman.

    Face à cela, que font vos parents? Certains lâchent la bride en croyant que cela sera votre bonheur, en répétant qu’ils ont confiance en votre sagesse, et vous faites un peu n’importe quoi!  Vous vous sentez certes libres, mais complètement abandonnés pour prendre certaines décisions notamment sentimentales.
    D'autres au contraire, resserrent la vis, pour vous éviter de faire des bêtises, ou vous surveillent (qui fréquentez vous, qu’écoutez vous, que faites vous sur internet, qu’achetez vous, à qui téléphonez vous, qu’est ce que vous fumez, qu’est ce que vous buvez,????...) et cela vous exaspère. Je le comprend, c’est agaçant, mais ils le font parce qu’ils vous aiment, ont peur pour vous et veulent vous protéger.
    Comment éviter ces écueils. Certains parents d’abord sont dans un juste milieu et cela se passe bien. Mais vous de votre coté : essayez d’inspirer confiance à vos parents, et une vraie confiance, pas celle qui repose sur des mensonges et des cachotteries.
    S'ils sont sûrs que vous ne fumerez jamais de drogue, que vous ne conduirez pas une voiture après avoir bu de l’alcool, que vous ne suivrez pas n’importe qui, que vous n’irez pas sur n’importe quel site sur internet, ils vous tracasseront beaucoup moins, mais à condition de ne pas les tromper, sinon adieu la confiance et là les tracasseries seront justifiées : un contrat est un contrat, il faut en respecter les clauses (les deux partties qui l’ont conclu moralement, vos parents et vous).
  Encore faut il que le contrat soit clair et précis et pour cela le dialogue est nécessaire. J'en parlerai dans un prochain article, ainsi que des risques que vous prenez le plus souvent inconsciemment.

Par touchthesky le Samedi 30 mai 2009 à 12:41
Tient un article qui me concerne (moi la grippe mexicaine ou comme vous voulez l'appeler ça m'a pas beaucoup intéressé), je comprends bien que les parents s'inquiète pour nous, mais quand on établit un contrat comme vous le dites, on s'attendrait plus à ce que ce soit l'enfant qui ne le respecte pas, là on sait comment faire. Et si ce sont les parents qui ne respectent pas ce contrat de confiance(darty?)que faut il faire? Les parents peuvent punir les enfants lorsqu'ils font une bêtise, qu'ils leurs mentent, mais un enfant ne peut pas punir ses parents, donc sa coince, ils brisent le contrat sans avoir en face la monnaie de leur pièce.
Par BaionakoDoris le Samedi 30 mai 2009 à 13:52
je suis d'accord avec tout ce que tu dis! et suis plutot pour les parents qui serrent les vis... bien que l'adolescence arrivait plus tard "avant", vous deveniez aussi très vites des petits adultes responsables, parce que vous voyiez un avenir clair devant vous, et que vous n'aviez pas peur d'avancer.. Aujourd'hui les ados disent non au monde des enfants, mais aussi non à celui des adultes,incertain, gris, moche, qui au final leur font peur.
Donc le role des parents est bien de faire comprend à l'ado que le monde n'est pas si moche que ça, mais qu'il n'est pas non plus celui dans lequel il tente de s'enfermer!
voila! je sais pas si c'est très clair, mais jme comprends! c'est le principal non? hhuhu
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2852892

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast