Lundi 1er juin 2009 à 9:29

Adolescence


http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/P4080277.jpg

    J’ai déjà dit dans d’autres articles que les jeunes prenaient en général trop de risques sur certaines actions, car leur centres du cortex préfrontal, dont le rôle est de prévoir les conséquences de nos actes, ne se forment que lentement et ne sont complètement matures qu’entre 20 et 25 ans.
    J’ai souvent l’occasion de discuter avec certaines de mes correspondantes de leurs “rêves” et je dois souvent, au risque de paraître moralisateur, leur montrer que si je comprends leurs aspirations - et j’en avais de voisines quand j’étais jeune -, par contre elles n’étaient pas suffisamment réalistes et donc vouées presque sûrement à l’échec.
    Ces rêves un peu fous, je les classerai en trois catégories :

    D’abord des rêves de voyages : parcourir le monde en roulotte, en péniche, faire le tour du monde, aller dans des pays lointains et inconnus.
C’est normal de rêver ainsi, car cela donne un sentiment d’indépendance, de liberté en même temps que voir du pays, en s’imaginant que c’est mieux ailleurs.
    J’ai voyagé beaucoup pour mon métier et  bien que ces voyages m’aient permis de voir beaucoup de choses, je peux vous dire que l’on a rarement le sentiment de liberté, que les problèmes de langues, d’habitudes sociales et de mentalité différentes, de nourriture amènent de nombreuses contraintes, et que l’accueil n’est pas toujours aussi chaleureux qu’on l’espérait et que finalement, la France est un pays ou l’on est exceptionnellement bien, malgré tous les problèmes actuels.
    De plus vivre en voyage est relativement onéreux et habituées à ce que vos parents subviennent à vos besoins ou vous aident beaucoup, vous négligez totalement cet aspect, d’autant plus que dans de tels voyages itinérants, avant que vous n’ayez un métier, il est pratiquement impossible de gagner de l’argent à l’étranger.
    Sans parler du risque de maladie et de la non couverture par la sécurité sociale, qui est une grande garantie dans notre pays, mais ne nous couvre pas en général à l’extérieur et donc des assurances efficaces sont indispensables.
    Je ne vous demande pas d’abandonner votre rêve, mais de le construire : choisissez un métier où vous devrez voyager, et vous pourrez alors satisfaire vos souhaits en grande partie. Certes vous ne pourrez pas aller à votre guise, mais vous arriverez quand même à visiter des villes, de jolis coins, des musées, des églises, des monuments.
    Vous pouvez aussi aller faire certaines études à l’étranger, dans le cadre d’Erasmus par exemple. Mais là faut bosser dur !

    Le deuxième type de rêve, ce sont les sports et  les expériences émotionnelles assimilées à tort à un sport, car en effet un sport nécessite un effort physique soutenu et une pratique courante que ce soit entraînement ou compétition. Et là vous sous-estimez totalement les difficultés et les dangers. Tout vous paraît simple et sans problèmes.
    Certains sports sont dangereux, mais si on a subi un bon entraînement, si on respecte des règles - ou des équipements - de sécurité et si on a un bon moniteur, leur pratique est possible dans de bonnes conditions : je pense, parmi ce qui vous fait rêver, aux sports de combat, au canyoning, à l’équitation, au ski....
Mais entre pratiquer le sport et être champion, il y a une marge énorme et une quantité de travail et d’entraînement que vous ne soupçonnez pas !
    Dans certains cas aussi, vous sous-estimez complètement la sécurité : grimper en haut d’une falaise puis descendre en rappel, s’il y a un moniteur et qu’on est assuré par un autre filin qui vous rattrape en cas de chute et qu’on a un casque et un vêtement solide, il n’y a pratiquement aucun danger, sauf si on fait une grosse bêtise avec les mousquetons. Par contre vouloir escalader sans cette sécurité la falaise ou un immeuble est proche du suicide!
    J’ai fait autrefois du planeur, j’ai piloté de petits avions et  fait un peu d’ULM et quelques sauts en parachute. Mais il faut un apprentissage sérieux, obéir au moniteur et respecter certaines règles. Faire du parapente (qui n’a pas de moteur), n’est pas trop dangereux  si on évite les jours de fort vent (qui vous retourne comme une crêpe !) et qu’on ne va pas bêtement au dessus d’un terrain accidenté ou avec des obstacles mais que l’on atterrit en un endroit bien déterminé  et dégagé, ce n’est pas très dangereux, mais il faut avoir appris de nombreuses fois en double commande.
    Par contre si on fait des paris avec les camarades tel que “aller le plus loin possible”, cela peut être catastrophique à l’atterrissage (le petit fils d’un ami s’est cassé deux bras et une jambe et est resté immobilisé six mois). Faire du parapente en montagne est encore plus dangereux car les vents peuvent vous plaquer contre une paroi et un moniteur que je connaissais s’est tué ainsi vers Chamonix, un été. Il avait 26 ans.
    De même alors que je fais assez bien de la planche à voile, et que j’ai mis des années pour y arriver, je ne me lancerais jamais dans le windsurf. C’est réservé aux athlètes exceptionnels. On se casse les poignets avec une grande facilité et si on se retrouve, sur une grande rafale, à dix mètres en l’air, l’amérissage risque d’être accidentel et j’ai vu en Bretagne des dommages graves à des colonnes vertébrales.                               
    Et là encore la notion de coût vous échappe. La pratique des sports de ce type coûte cher et on ne peut tout vous payer !
    Quant au saut à l’élastique, cela relève du pari,de l'épreuve pour faire peur, mais ce n’est pas un sport et c’est plus dangereux qu’on ne croit, tant au plan cardiaque que réactions sur la colonne vertébrale.
    Là aussi je ne vous demande pas d’oublier vos rêves, mais de les raisonner. Faire du sport est bénéfique, physiquement, c’est un jeu, mais cela peut être une puissante motivation qui vous fera prendre confiance en vous;
    Mais le sport n’est pas une activité pour épater les copains ou la foule.

    Et même pour prendre du plaisir dans un sport, il faut atteindre un certain niveau et dites vous que pour cela ou il faut être très doué, ou il faut beaucoup travailler et s’entraîner, surtout en débutant, et ceci dans des conditions de sécurité convenables..
   
    Le troisième type de rêve c’est celui d’être artiste célèbre, que ce soit en musique rock, en créateur de mangas, comme faire du théâtre ou du cinéma...
    Dans la fougue de votre jeunesse vous voyez cela avec passion et vous en voyez le coté agréable. Mais pour être vedette, il faut être douée au départ, cela demande un énorme travail, beaucoup de persévérance et peu arrivent à ce stade et souvent après des années de travail et de galère.
    Je pense qu’avoir ce type d’activité est très bon, essayer de faire de son mieux aussi, mais il vaut mieux s’assurer d’avoir un autre bon métier, quitte à revoir sa position si vraiment on avait du succès.

    Alors certes, continuez à rêver, mais ne prenez pas trop vos rêves pour réalités, soyez plus réalistes et ne vous étonnez pas si vos parents ne peuvent satisfaire toutes ces aspirations, et notamment s’opposent aux pratiques les plus dangereuses.
    Et appliquez le “principe de précaution” : pour avoir une vie normale demain, il vous faudra un métier et pour cela il vaut mieux si possible commencer par avoir son bac. alors travaillez d’abord le mieux possible en classe, et vos parents n’en seront que plus enclins à accepter que vous fassiez un sport ou une activité artistique raisonnables et en rapport avec vos capacités ou vos dons.
    Le vieux singe rêve aussi parfois, que toutes ses guenons sont heureuses, réussissent leurs études et ont le sourire !   
Par Heart.Of.St0ne le Lundi 1er juin 2009 à 18:45
Je ne pense pas que toutes les personnes qui rêvent de s'en aller ont le parents qui les aident mais bon...
Je ne dis pas que c'est vrai pour tout le monde.
Et puis il y a partir et partir. Chacun à sa définition.
C'est le système qui est mal fait, qui pousse aux extrêmes j'ai l'impression. Si on sort pat on passe sa vie à quoi? un boulot à la con avec des gens à la con .. la même routine tous les jours poaurf..
ça ne rend pas heureux les études.. Le plus souvent on a rien derrière on sait pas pourquoi on est là. Je généralise mais toutes les personnes que je connais sont dans ce cas .. Après certains on ce rêve d'avoir un boulot précis qui demande telle ou telle études mais à mon avis c'est pas la majorité.
Mais je ne nie pas que le fait d'avoir ce genre de rêve ne rend pas malheureux et je sais que ce n'est pas toujours réalisable..
Mais parfois oui .. Et puis on peut rêver et être réaliste..
Les parents n'ont pas vraiment à jouer de rôle pour ça .. enfin je sais pas .. parfois ils font plus de mal qu'autre chose en voulant bien faire .. personnellement je me suis toujours efforcée de faire au mieux d'être comme ils le veulent mais au fond ça n'a pas changé grand chose .. quand je vivais avec eux en tout cas .. quand on se voit moins les relations sont toujours plus détendues même si il reste des traces. Bref tout ça pour dire qu'on ne doit pas s'interdire de vivre à cause d'eux. Si on se plante on aura essayer et de mon point de vue actuel c'est tout ce qui compte.. Réussir sa vie c'est quoi au fond? N'avoir rien fait de ce qu'on rêvait et avoir une "bon" boulot et triste à pleurer? Avoir raté mais essayé au moins.. et peut être que ça marche alors...
La France n'est pas le pire des pays mais je ne pense pas qu'il y est de payx fabuleux.. L'être humain à tout massacré.... Avec nos soucis de profits et autres merdes ...
bref
pardon :$ je m'emballe mais je me sens "interpellée"
Par Narcotics.Of.Sadness le Lundi 1er juin 2009 à 19:46
Bonjour bonjour ! Un p'tit comm qu'a rien à voir avec le sujet, mais juste j'ai été surprise. Dans le passé, il y environ deux ou trois ans, j'avais déjà conversé ici, je passais souvent. Certes, sous un autre nom, à cette époque là... DeathZone, que c'était, mon pseudo. Et ça m'a fait un peu un choc de voir que ce blog était toujours là. Alors même si j'ai été oubliée, je tenais à passer faire un p'tit coucou, comme ça. Pour donner des nouvelles. J'ai déménagé de blog, j'ai beaucoup changé et vais beaucoup mieux qu'avant. Mais toujours est-il que wala, mi, ça va... Et ici, tout va bien ?
Par MiMiNe le Mardi 2 juin 2009 à 10:12
"il vous faudra un métier et pour cela il vaut mieux si possible commencer par avoir son bac."

Penses tu réellement que pour avoir un métier il faut avoir de préférence son bac ?
Il y a pas mal de boulot dans les métiers sans bac (et quand je dis sans bac c'est autres formations inférieur à niveau bac) justement et bizarrement ça intéresse personne... Comme dis un copain d'enfance à mon copain qui est plombier : "Tu verras d'ici quelques années quand ils partiront tous en retraite on vaudra de l'or ! De l'or !" Et ils valent déjà de l'or et pourtant ils ont pas de bacs.

Je ne pense pas qu'avoir un bac est signe de réussite dans sa vie.
Par Botox le Mardi 2 juin 2009 à 11:07
Le bac ne sert pas à grand chose.
Quand t'as l'envie de vaincre, la niaque quoi, et que tu te présente, dynamique et très motivée, les employeurs ne font plus gaffes à ton CV. Même ma mère, travaillant à l'anpe m'a dit que je suis très chanceuse. Pas un diplome à part le brevet, et tous les métiers que j'ai eu envie de faire, je les ai fait.
Pas plus difficile que ça, alors qu'on me demndais un BTS force vente.
Par =) le Mercredi 3 juin 2009 à 10:51
C'est un article très intéressant comme tout les autres de psychologie d'ailleurs, mais je me posais une question si vous pouviez me donner votre avis ...?
Peut on tomber amoureuse ou du moins avec des contacts proches (téléphone, msn ect) avec une personne que l'on a jamais vu et connu que par internet? Je précise que la personne a un ami en commun avec l'autre personne, donc pas de risque de tomber sur une autre personne caché sous un "pseudo". Je ne sais pas si je me suis exprimer clairement, mais c'était une question qui me trottais.
Par croque-framboise le Mercredi 17 juin 2009 à 11:46
Mon père est un passionné de tout ce qui est avion, planeur, parapente... en fait, tout ce qui vole.
Il est capable en voyant un avion dans le ciel de le reconnaître tout de suite et de m'expliquer ses particularités.
Il m'a transmis un peu de sa passion et je dois avouer qu'un de mes rêves est de faire un jour du deltaplane.
Je sais que ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère ! Comme tu le dis, les accidents sont réels. Le père d'un ami,qui habite pas loin d'un club de parapente et de deltaplane, m'expliquait que de nombreux touristes ou casse-cous s'achetaient un jour une aile et décidaient, sans aucune expérience, de sauter dans le vide. Ne contrôlant rien, il y avait pas mal d'accidents, quelques fois mortels.
J'en parle de temps en temps à mes parents pour qu'un jour, ils me laissent tenter mon baptème de l'air en deltaplane, mais je ne suis pas très pressée, je sais que j'ai le temps de les convaincre.
Pour l'instant, ils me laissent faire de la spéléo, ce qui est déjà un exploit, quand on voit l'état de nerfs dans lequel est ma mère quand je lui dit que je vais dans une grotte !
On m'a proposé en plus cet été de faire du canyonning, chose que j'ai déjà faite, et qui m'a extrèmement plu !
Côté sport, je n'ai donc pas à me plaindre !
Après, côté voyages... J'aimerais beaucoup visiter New York et partir dans le Canada, voire même l'Alaska et qui sait, peut-être voir un jour une aurore boréale !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2853956

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast