Vendredi 4 mai 2007 à 9:09

Scarification, suicide

         Peut on arrêter de se scarifier?

          C'est certainement très difficile et il faut beaucoup de volonté, comme pour arrêter de fumer.

          D'abord il faut une motivation :  tenir une promesse envers des amis, celui qu'on aime, des parents ....Etre vainqueur de soi même et de ses mauvaises habitudes... Ne pas prendre le “train pour le suicide”... Quelquefois aussi par honte des traces que cela laisse.
        Le mieux ce serait par esprit logique et raisonnable parce que finalement cela vous nuit plus que cela ne vous rapporte, mais cette motivation est rarement acceptée.


          Si vous cherchez à oublier votre douleur morale en vous imposant une douleur physique, cela sera difficile d'arrêter si votre peine morale n'a pas diminué. Vous risquez fortement de replonger.
          C'est aux causes de votre désespoir qu'il faut s'attaquer ! Si celui ci s'atténue fortement, vous n'aurez plus aucune raison de faire couler votre sang.
          Mais si vous trouvez des méthodes qui fassent baisser la pression de votre peine, écrire des poèmes, vous confier à un ami, ce sera peut être un moyen efficace, à la fois pour diminuer votre douleur et abandonner cette pratique.

          Si en fait, comme c'est le cas le plus souvent, votre geste a pour but de vous exprimer, d'attirer l'attention, si c'est un appel au secours, il faut rechercher un autre moyen d'expression efficace.
  Avez vous quelqu'un qui vous aime à qui vous confier?
  Faites votre blog et faites le lire à ceux qui peuvent vous comprendre et vous aider.

          Il est difficile de vous donner beaucoup de conseils, car tout dépend de la nature et des causes de votre tristesse.
  Mais tous les témoignages que j'ai recueillis me montrent que ceux ou celles qui se scarifient ne le font pas par gaité de coeur, qu'à terme cela est nuisible pour eux, et que la plupart souhaiteraient vivement s'arrêter, mais ont du mal, parce que c'est devenu une “drogue” et qu'ils n'ont pu agir sur l'intensité de leur peine.
          Si vous n'y arrivez pas seul(e), il faut vous faire aider.

          Pour ceux qui ont parmi leurs ami(e)s quelqu'un qui se scarifie, surtout ne lui faites pas honte de son geste, n'essayez pas de le (ou la) forcer à s'arrêter, ne cherchez pas si de nouvelles cicatrices sont apparues.
  Il faut avant tout l'aimer et c'e sont sa peine et ses causes qu'il faut soigner. Cette peine est plus importante encore que la scarification qui n'en est que la conséquence, la partie visible de l'ice-berg.

          J'ai malheureusement constaté aussi l'incompréhension des parents, qui voient dans cet acte, soit une simulation, soit une provocation, soit un acte de quasi-démence et  parlent immédiatement de l'intervention d'un psy ou d'un séjour en hôpital psychiatrique.
          J'avoue ne pas comprendre. Il me semble que l'attitude normale de personnes qui aiment leur enfant, serait d'abord de savoir quelle est la cause de ce geste, de chercher à le comprendre et à évaluer sa peine, et à l'aider à la surmonter, au lieu de se débarrasser de ce fardeau sur un spécialiste extérieur, qui est peut être nécessaire, mais pas à priori.
         Mais à ce sujet j'ai trouvé sur un blog ce passage de conseils qui m'a paru bien pertinent et pourtant il a été écrit par une jeune qui a moins de 20 ans. :

     “S'il y a des parents qui lisent ce message ( parce qu'on en voit des proches affolés !) je leur dirai juste ceci :
 N'accusez pas ni votre enfant ni vous. Même si indirectement cela pourrait être de votre faute. Soyez patient. Montrer sans vous facher à votre enfant que vous avez vu qu'il se mutile, et attendez qu'il fasse le premier pas, s'il a envie de vous parler. Ne le brusquez pas ne le traitez pas de fou, ne chercher pas à le soigner. Ca marche pas comme cela.
 A votre place, si j'étais parent, j'irais en pharmacie, chercher de la pommade cicatrisante, et des conseils de médecins, peut être des articles sur internet. Et je les donnerai à mon enfant en lui disant « quand tu seras près » et je lui dirai qu'en attendant même si je ne comprends pas, j'accepte et je vais l'aider à ne pas trop s'abimer pour le futur qu'il ne voit pas encore."

      Enfin je ne peux que constater qu'il y a vingt ans, on n'aurait pas songé à cette pratique.
      Je crains que la mode, l'abondance dans les blogs d'images de sang, n'aient malheureusement amenés les âmes en peine à pratiquer ce geste


       Et si certain(e)s d'entre vous ne savent pas à qui s'adresser, ils ou elles peuvent m'écrire, je leur répondrai.

Par BlOoDyLoVeR le Dimanche 13 mai 2007 à 18:00
=)
Par Nachka le Mercredi 27 février 2008 à 23:13
Oui, on peut arrêter, c'est dur, surtout les premières crises de manque... devoir se retenir... avoir tellement envie de se faire du mal...
je tiens depuis 10 mois, en mai ca fera 12 mois
1 ans donc.

Et durant ces 10 mois, j'ai eu le corps couvert de bleus par le sport, j'ai fait des choses dégradantes, j'ai pris des risques... je me suis brûlée les ailes autant que possible, pour mettre en danger mon sevrage. et j'ai pas succombé.

Tu sais quand j'ai réfléchi à cette question de la réaction des parents, c'est peut être parce que j'avais passé trop de temps sur Doctissimo... à leur parler, à les écouter... ct dur. quelque part peut être que cette détresse m'a aider. Suffisemment pour pas vouloir faire vivre cela aux miens. Mais en même temps, en gardant une trace de ce passé, pour que si ils le savent un jour, ils comprennent que ct un pan de ma vie, que je peux pas effacer, il est à moi, en moi.

Mais je crois que si pour les parents c dur, alors pour les enfants c encore plus dur
surtout que les parents exigent d'arrêter.
on ARRETE PAS PAR AMOUR ca marche pas

dsl
... le test des IMAGES DE SANG est pas mal... j'ai remarqué que visualiser des images, ou des films sur utube sur le sujet, donnaient envie de recommencer. A partir du moment, ou ca nous rend indifférent, ou sans cette envie, je pense qu'on est guerri.

Nachka
Par FlameOfWrath le Mardi 3 juin 2008 à 9:24
J'ai arreté, recommencé, arreté de nouveau, recommencé...Et finalement, la seule motivation qui a pu me faire réellement abandonner, c'est que mon copain me dise droit dans les yeux qu'il ne supportait pas que je fasse ça, et qu'il me demande de lui promettre d'arreter définitivement. Je l'aime, alors j'ai promis. C'est pas forcement l'envie qui manque, mais bon...

Je suis d'accord avec le précedent commentaire, sur le test des images de sang...
Par lolipop le Vendredi 9 avril 2010 à 13:37
je suis en plein dedans! jé promi a mon copain d'arrété mais je ne sais pas si je vé y arrivé!! si vous poviez me donné des conseils sa seré cool!!! merci d'avance!!
Par Kamille76160 le Jeudi 13 janvier 2011 à 21:07
jai 17 ans je me suis scarifier pendant 2 ans mon avant bars est marqué je ne sais pas combien de temps cela va rester mais jai arreter pour mon meilleur ami qui a peur de cette chose la
Par Ailes-brûlées le Vendredi 16 décembre 2011 à 15:56
J'ai 16ans et je fonce droit sur les 17. Je me scarifie depuis mes 12ans soit, je pratique la scarification depuis 4ans, de ces 4ans il y en a 2 depuis lequel j'essaye d'arrèter en vain. Ca fait 1mois que je suis rentrée en France et je suis avec mon copain depuis environ 3selmaines... Le fait que je me scarifie le blesse. Ily a 30min de ça, il m'a posé un ultimatum, j'arrète ça ou il me quitte. Mais comment lui faire comprendre que ma volonté ne suffit pas ? Que je l'aime mais que 4ans ne s'efface pas comme ça? Je voudrai arrèter, je suis fatiguée de me faire saigner. Mais comment faire ...? Je ne veux pas le perdre.
Par lancien le Vendredi 16 décembre 2011 à 16:33
Tu ne me laisse malheureusement aucune adresse ni de blog, ni de messagerie pour te répondre.
Tu peux m'écrire à jpmalardel@gmail.com
Par mimille le Lundi 2 juin 2014 à 22:05
Je c pas ci ça marche vraiment
Par mimille le Lundi 2 juin 2014 à 22:09
J'ai aujourd'hui 12 ans et je me scarifie depuis 2ans. Et je n'y arrive pas arrêter et je c plus comment m'arrêter ▪✖✖‼‼
Par lancien le Vendredi 6 juin 2014 à 18:35
Je voudrais bien t'aider, mais je ne sais pas comment te joindre. Si tu veux, tu peux m'écrire à jpmalardel@gmail.com
Par Violette fan de Nausikäa le Jeudi 7 novembre 2019 à 21:00
Pour arrêter il faut trouver en soi une motivation, une force tous ce qui peut t'aider à arrêter pour moi il ma fallût l'aide de ma correspondante Beatriz qui ma soigner. Il faut que tu t'interrogent toi même : "qu'est-ce qui ma pousser à faire ça ?"," En ai-je vraiment besoin?", "Comment puis-je arrêter ?". Pensez à votre famille et amis pensez au moments heureux de votre vie, c'est difficile mais essayer quand même c'est très important. La scarification ou mutilation est dans un sens un moyens de fuir le problème alors maintenant à la place de fuir reste debout et affronte ton problème avec force et courage et surtout essaye de parler !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1871564

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast