Lundi 16 juin 2014 à 7:46

Politique, économie, religion.

Savez vous ce qu’est le « bitcoin »? On en parle beaucoup actuellement, sur la télé et internet, et il suscite des polémiques.
    J’ai lu dans le numéro de juin de « La Recherche », un article très intéressant, toutefois écrit par des auteurs favorables à cette monnaie virtuelle. J’avoue être beaucoup plus réservé sur la question. Mais cet article explique bien les problèmes.
    Je vais essayer de le résumer, en deux courts articles, le premier qui définira ce qu’est cette monnaie virtuelle, le second qui précisera les mécanismes et les problèmes qu’ils posent (c’est là où mon opinion diverge avec les auteurs).

    Qu’est ce que le « bitcoin » ? : une monnaie virtuelle qui n’est utilisée que sur internet. Mais essayons de préciser d’abord son origine.
    En 2008, Satoshi Nakamoto (un peudo, qui cache probablement un chercheur américain), montrait dans un article que les progrès de la cryptographie et de l’informatique devraient permettre de créer une monnaie électronique décentralisée, gérée par des ordinateurs. Le 3 janvier 2009, il crée un système de monnaie « crypto-informatique », dont il appelle l’unité de compte, le « bitcoin ».
    C’est une monnaie qui n’est pas régulée par les banques d’Etat, qui ne peut être utilisée que sur internet et dont les transactions ne sont pas faites par l’intermédiaire des banques, mais sont contrôlées par le réseau d’ordinateurs, sans aucune intervention humaine.

    Le système utilise trois principes :
        - grâce à la cryptographie il génère une « clé privée »,
sorte de mot de passe, mais qui est en réalité un algorithme complexe, et qui représente la « signature électronique » de la personne qui achète des bitcoins et fait une transaction avec la monnaie achetée; cette clé est générée à chaque achat de bitcoins, et est indéchiffrable de telle sorte que personne ne peut attribuer à une personne les transactions effectuées, sauf les ordinateurs eux mêmes.
        - une clé publique qui est également spécifique de cet utilisateur car elle est associée à la clé privée ; mais elle circule sur le réseau en même temps qu’un transaction et assure une vérification de la validité de la clé privée.
        - un « moteur de cryptographie », qui va découper en petits éléments (un hachage), les diverses données, tout en les gardant associées aux clés, grâce à un algorithme mathématique où interviennent des données générées au hasard, de telle sorte qu’il soit impossible à des personnes qui s’introduiraient dans le système de reconstituer les données associées à une clé privée.

    Bien entendu, le système doit avoir un support : ce sont des ordinateurs en réseau dans le monde entier. Ils abritent des comptes, analogues aux comptes en banque, mais dont le personnel de cette espèce de banque numérique qui gère ces ordinateurs, ne connait ni les possesseurs ni leurs numéros de comptes. Ce sont les ordinateurs qui gèrent tout automatiquement (à condition de bien fonctionner évidemment, et c’est là le rôle de la banque fictive numérique).
    L’utilisateur connaît évidemment l’identifiant de son compte qu’il communiquera aux tiers qui lui transféreraient des bitcoins en échange d’un service.
    Au départ il y a évidemment l’intervention d’une banque pour virer les sommes en monnaie relle (par exemple en euros), de votre compte, vers votre compte de la banque fictive numérique, quand vous achetez des bitcoins (et toutes les banques n’acceptent pas ce rôle, car elles sont ensuite mises hors circuit.
    Bien entendu l’inverse est également possible, de changer des bitcoins en euros, comme si cela était une devise étrangère.
    Et il existe un protocole très strict pour contrôler les échanges d’argent numérique afin d’éviter les fraudes, qui est résumé dans le tableau ci dessous, qui est celui publié par le magazine La Recherche :

http://lancien.cowblog.fr/images/Bloginformatique/bitcoins.jpg
     Votre clé privée vous sert à "signer" votre transaction, c'est à dire à l'authentifier, alors que la clé publique va permettre de reconnaître cette transaction tout le long de son parcours dans le réseau d'ordinateurs pour la vérifier et l'entériner.
    Pour payer votre transaction à votre fournisseur, il faudra que celui ci vous communique les données correspondantes : le prix et son numéro de compte sur le réseau,
   La transaction part alors dans le réseau pour un processus assez complexe que je vous expliquerai demain, en même temps que les avantages et les inconvénients du bitcoin..
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3266508

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast