Jeudi 5 novembre 2015 à 12:58

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

Aujourd’hui, ce sera encore un petit article car je n’ai pas récupéré mon  Mac en panne, au clavier « réel » auquel je suis habitué.

Il faudra que je fasse un article sur les habitudes !

J’ai lu récemment un article sur un centre du cerveau dont on ne parle presque jamais, car il passe presque inaperçu dans les IRM et on ne sait pas bien à quoi il sert : le « claustrum », ou plutôt les « claustra », car il y en a un dans chaque hémisphère cérébral.

 http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/claustrum.jpg

Le claustrum est une couche fine et irrégulière de cellules nerveuses, située sous le cortex insulaire et au dessus du putamen, sous les tempes et au dessus des oreilles. Cette couche très mince est entourée de substance blanche : les fibres nerveuses entourées de myéline.

Presque toutes les régions cérébrales y sont connectées et des fibres arrivent mais d’autres repartent vers les mêmes régions.

Une différence cependant, les fibres arrivent des deux hémisphères dans chaque claustra (après être passées par le pont entre les hémisphères que constitue le corps calleux). Par contre les fibres qui repartent du claustrum ne vont que dans le même hémisphère où il se trouve. Toutefois on ne sait pas si cette particularité, constatée chez le rat, est valable pour l’homme.

C’est donc un carrefour neuronal, un peu comme un « central téléphonique » au sein du cerveau.

On ne connaît pas de cas de destruction accidentelle, physiologique (hémorragie) ou clinique ( virus), de ces centres et donc il est difficile d’étudier leurs fonctions. L’IRM apporte peu parce que sa précision est de l’ordre du millimètre alors que  l’épaisseur du claustrum est moindre.

Une opération récente du cerveau sur une patiente atteinte d’une très grave épilepsie, a permis de faire une observation étonnante, alors que le crâne était ouvert, des électrodes étaient implantées dans le cerveau pour arriver à repérer la zone épileptique.

La stimulation précise du claustrum provoquait une perte de conscience de la patiente, qui cessait avec la stimulation.

La patiente avait le regard vide et cessait de répondre au chirurgien ou de lire des textes. Elle restait capable de terminer des actions simples commencées avant la stimulation. Le test a été répété plusieurs fois, mais évidemment l’expérimentation n’a pu être prolongée.

On ne sait donc toujours pas le rôle exact des claustra, mais il semble qu’il soit un « interrupteur de la conscience »

Les chercheurs vont continuer à poursuivre des expériences animales et chercher à déterminer si le claustrum a une chimie particulière, au niveau des protéines notamment, pour trouver un moyen d’cation dans les expériences animales.

Le problème avec les animaux, c’est de mesurer leur degré de conscience : ils ne savent ni parler, ni lire !


Par http://www.pattinomaniamatera.it le Mardi 19 avril 2016 à 3:25
c’est moins dangereux et plus rentable !!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3275116

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast