Samedi 1er février 2014 à 8:04

Notre cerveau; nos sens; système nerveux

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2/pinkelephant.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Images2/Hotnewboysandgirlscartoonfontbelephantbfontwithlightemittingshoesinside.jpg




















     As tu vu des éléphants roses.? Mais pourquoi pas bleus pour les garçons ?       
     Combien de fois avez vous dit cette phrase en se moquant de nos camarades.? Soit parce qu’ils étaient un peu partis pour avoir bu de l’alcool ou fumé du cannabis; quelquefois aussi, parce que stressés ils tenaient des propos pas très logiques.
    Mais on parle aussi, pour des personnes malades mentalement d’hallucination, et on en prête même à des gens très sensées, qui, si on croit la légende, ont entendu « des voix ».
    Je vais donc refaire plusieurs articles sur les hallucinations, mais j’en avais déjà écrit les 8, 10, 12 et13 février 2009 et vous pouvez aussi vous y reporter.

    Si vous consultez un dictionnaire, vous trouverez qu’une hallucination c’est “une perception sans objet”, c’est à dire sans objet réel à percevoir par nos sens et donc sans stimulation extérieure de l’organe sensoriel associé à l’hallucination.  (en latin hallucinatio signifie égarement, erreur, tromperie).
    En fait ce n’est pas vrai car l’organe sensoriel est en général sollicité, mais le cerveau ne donne pas alors la sensation correspondant au stimuli extérieur, car il l’interprète de façon erronée.
    Les neurobiologistes n’aiment pas cette définition et disent plutôt que c’est “un état mental dont le contenu est conscient, involontaire, et sous certains aspects semblable à la perception ou au rêve”.
    C’est donc un phénomène qu’on croit réellement avoir vécu (contrairement au rêve), et qui a touché un ou plusieurs de nos sens.

    Les hallucinations touchent tous les sens : les hallucinations visuelles, bien sûr, mais aussi auditives, verbales (entendre des voix), gustatives ou encore de l'équilibre et de I'orientation. Certaines mélangent même les sensations.
    Le phénomène est complexe sur le plan physiologique et psychologique, mais même en matière de nature : que sont ces hallucinations :une réalité qui n'en est pas une, une fausse perception, une illusion ?
    On est proche de la philosophie de terminale : peut on toucher, voir ou entendre ce qui n’existe pas.? Ce qui existe est il forcément perceptible par nos sens? Est ce qu’un rêve, une douleur, une pensée, voire même les couleurs existent ?
    Et fait ce sont des phénomènes qui interviennent dans notre cerveau, et cela on peut le mesurer (au moins partiellement). Mais ensuite nous avons conceptualisé, utilisé notre langage pour rendre abstraits ces phénomènes.

    Et  comment étudier les hallucinations, alors qu'elles sont fugaces et imprévisibles ? En étudiant le cerveau de personnes schizophrènes, mais des personnes normales peuvent aussi avoir des hallucinations. Sont elles les mêmes?
    Une autre façon de les étudier consiste à suivre I'effet, sur des volontaires, de substances hallucinogènes.
    Dans les deux cas, on peut enregistrer par imagerie les perturbations neurobiologiques que déclenchent ces hallucinations dans le cerveau.

    On s’imagine que ce sont surtout les gens atteints de maladies mentales ou ceux qui ont consommé alcool ou drogues, qui sont sujets à ces manifestations.
    En fait c’est beaucoup plus courant chez des personnes tout à fait en bonne santé physiologique et psychologique : 50% des hallucinations se produisent dans un état de semi-conscience transitoire entre l’éveil et l’endormissement, 37% survenant quand on s’endort et 13% au réveil.
     Le manque de sommeil, le manque d’oxygène, le manque de nourriture favorisent leur apparition. De même une sous-utilisation ou une surcharge d’un de nos sens. Egalement des conditions extrèmes physiques ou psychiques peuvent les déclencher (exploit sportif, accident, décès d’une personne aimée, fatigue ou douleur intenses, dépression, voire euphorie).
    Les phénomènes hallucinatoires sont très complexes et la manifestation sensorielle ou la confusion des sens ne représente qu'une facette. Une hallucination combine souvent des composantes sensorielles, psychiques et émotionnelles (souvent angoisse ou euphorie).

    Dans le prochain article de demain, je détaillerai ce que sont les hallucinations de nos sens notamment visuelles, auditives et olfactives, voire tactiles et de l’équilibre, car c’est trop long pour tenir dans cet article.

    Par contre quelques mots sur des hallucinations psychiques, sans rapport avec nos sens et où seules les pensées du sujet entrent en jeu.
    Elles peuvent avoir une incidence sur les états mentaux, cognitifs et émotionnels et peuvent bouleverser le sens du temps et de l’espace, l'attention ou encore les notions d'individualité et de contrôle conscient.
    De façon plus générales, elles perturbent la notion du « moi », de la distinction entre soi-même et d’autres personnes réelles ou imaginaires, ou entre son corps, soi-même et son environnement (par exemple entre la personne et l’objet qu’elle voit).
    Il peut y avoir confusion entre le visible et l’invisible, mais aussi mélange entre le conscient et l’inconscient.

    Certaines personnes ont des hallucinations, mais s’en rendent compte et les différencient de la réalité, mais dans la majorité des cas les personnes hallucinées croient avoir vécu leur ressenti, contrairement à ce qui se passe dans les rêves.
Par JACk-sCEPTikE le Dimanche 2 février 2014 à 12:03
Hello,

Il faut bien différencier deux choses : les hallucinations, qui sont la production d'une image, d'un son, etc. à partir d'aucun stimulus "réel".
Elles sont plutôt rares, on les rencontre notamment lors de délirium tremens, de syndromes psychiatriques ou de prise de toxiques.
Les illusions, beaucoup plus fréquentes, correspondent à une déformation d'un stimulus sensoriel, pour percevoir une réalité déformée. Peut aussi être induite par des substances, une fatigue ou une dénutrition extrême, ou certaines maladies somatiques et psychiques.

Eh, tout le monde se demande pour le rose, mais pourquoi pas un hippopo ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3260269

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast