Vendredi 13 septembre 2019 à 19:01

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/cover6480x520.jpg

       Vous savez sans doute, comme moi, que nous avons 22 paires de chromosomes plus une paire (soit au total 23 paires) qui détermine le sexe : les chromosomes X et Y.
Une femme a deux chromosomes X qui viennent du père et de la mère et un homme un X et un Y, lequel ne peut venir que du père.
    Je savais qu’il y avait des anomalies possibles dans cette répartition des chromosomes XY, mais je n’avais jamais eu la curiosité de les rechercher. J’ai récemment lu un article dans Science et Avenir, à ce sujet, et j’ai pensé qu’il intéresserait peut être quelques lecteurs de mon blog, que j’en fasse un résumé.
    Je précise que les gonades sont les organes reproducteurs, ovaires chez les femmes, testicules chez les hommes.

    Ces anomalies de chromosomes sexuels sont beaucoup plus fréquents que l’on ne pense : environ 2% de la population.
    On peut les diviser en

Pour les hommes :

1 cas sur 500 environ    3 chromosomes XYY :
Pas de symptômes l’homme est fertile et a des gonades normales.

1 cas sur 500 environ     3 chromosomes XXY :
L’homme est stérile, les cellules germinales des spermatozoïdes étant absentes; par contre les testicules existent mais sont peu développées, alors que les glandes mammaires  sont anormalement développées. L’individu est souvent très grand.
Cette anomalie est appelé syndrome de Klinefelter..

1 cas sur 20 000 environ : deux chromosomes XX :
Résultat analogue au précédent pour les gonades d’où une stérilité.

1 cas sur 100 000 4 ou 5 chromosomes XXXY, XXXXY ou XXYY :
Résultat analogue au syndrome de Klinefelter.

Pour les femmes :

1 cas sur 500 environ :  3  ou 4 chromosomes XXX ou XXXX :
Un seul de ces chromosomes est actif et les autres sont neutralisés.
La femme est normale.

1 cas sur 2500 environ : un seul chromosome X
La femme est stérile car ses gonades ne se sont pas formées chez l’embryon.
Il est probable que la probabilité est plus élevée , mais que des embryons n’arrivent pas à terme.
La femme est de petite taille, a des problèmes de squelette et souffre souvent de problèmes rénaux, auto-immuns et éventuellement de pigmentation de la peau.

1 cas sur 10 000 environ : chromosomes XY comme pour un homme :
 Les gonades ne se sont pas différenciées chez l’embryon et la femme est stérile.

    En fait il y a trois stades successifs : lors de la fécondation l’apport des chromosomes, puis le développement des gonades dans le foetus et enfin la puberté avec la production des œstrogènes féminins ou de la testostérone masculine.
    Mais en fait ces deux types d’hormones sont produites chez les hommes comme chez les femmes en quantité différentes selon les individus, et probablement à la fois pour des raisons génétiques et épigénétiques (c’est à dire d’influence de l’environnement, voire de l’éducation).

    La formation du fœtus peut s’accompagner d’anomalies sexuelles et l’article cite le cas d’une personne, porteuse d’une paire XY, qui avait extérieurement un corps de fille (sein vagin), mais pas d’utérus, le fœtus ayant été insensible aux androgènes et cela non en raison de ses chromosomes, mais d’une mutation génétique.
Il cite aussi le cas d’une personne au sexe extérieur indécis, ne produisant aucune hormone sexuelle, dotée à la fois d’un micro-pénis, sans testicules, et d’un vagin rudimentaire.
    Certaines personnes ont un sexe bien défini en ce qui concerne les gonades, mais sont persuadées appartenir à l’autre sexe que le leur. Il semble que ce soit le résultat d’anomalies hormonales lors de la formation des gonades du fœtus (et non d’une maladie mentale comme le croient ceux qui refusent leur différence aux transsexuels et les rejettent).
    Pour certains hommes homosexuels, il semble que certains centres de l’hypothalamus, responsables du fonctionnement sexuel et qui sont différents chez les hommes et les femmes, sont proches de ceux caractéristiques du sexe féminin
    Lors de leur vie normale certaines femmes produisent une quantité anormale de testostérone, ce qui n’a guère d’influence pour certaines, mais pour d’autres peut leur donner des capacités importantes de force physique, au point que les autorités de sport ont établi des limites dans ce domaine pour participer à des compétition (comme s’il s’agissait de dopage !).
    Egalement chez certaines femmes ce taux peut favoriser l’homosexualité.

    Finalement les apparences externes sont les seules que l’état civil utilise pour fixer le sexe des nouveaux-nés, mais la réalité apparaît comme beaucoup plus complexe.
Par autresrimes le Samedi 14 septembre 2019 à 14:55
en passant par ici un poétique et musical coucou Jean-Pierre
A+ du troubadour Emmanuel
Par jazz le Vendredi 20 septembre 2019 à 15:09
un musical "jazz" bonjour Jean-pierre
A+ du troubadour
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3279687

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast