Mercredi 19 octobre 2011 à 8:20

Tristesse, désespoir

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/2500647.jpg

     J’ai parmi mes correspondant(e)s des jeunes qui sont tristes et parfois au bord de l’abîme, cela pour des raisons diverses : mort ou abandon d’un être aimé, gros problèmes familiaux, agression, causes diverses qui ont mené à une quasi-dépression..;;
    Je lis souvent dans vos mails i des phrases telles celles ci:
“...J’ai l'impression de ne plus servir à rien... Je ne fais rien de bien... Je ne me sens plus heureuse même avec mes amis... Je suis complètement morte de l'intérieur... Aucun espoir ne se manifeste...  Qui viendra à mon secours et me tendra enfin la main ?...”
    Voici  une plainte encore plus grave d’une des “guenons” du vieux singe que je suis :
    ” Petite fille oubliée, je cherche l'amitié, mais comme je touche le fond de l'abîme, personne ne me répond. J'ai dit ma souffrance à mes amis, bien qu'ils me dissuadent de passer à l'acte, j'attends toujours une aide qui pourra me montrer que la mort n'est pas la solution. ...”

    Pourtant ces jeunes ont des camarades, même souvent des amis, mais ils ont l'impression d'être seuls.
    Dans les mails et les blogs les plus sombres, cette sensation d’isolement, d’abandon est générale et elle peut être effectivement la conséquence de l’aveuglement des humains.
    Le monde est dangereux à vivre, non seulement à cause de ceux qui font le mal, mais aussi à cause de ceux qui regardent, souvent ne voient rien, et laissent faire.
   Cependant, tous les ados ne sont pas égoïstes, mais quand ils voient une camarade déprimer, ils sont pris au dépourvu, ils ne savent pas quoi faire, ils n’ont pas assez l’expérience de la vie. Ils ne savent pas que conseiller et comment.
    Je connais une jeune fille qui passe son temps à essayer de soutenir ses amies, à les conseiller, à crier leur peine, pour essayer d’attirer l’attention sur ces souffrances. Mais elle finit par douter, par être submergée par tant de désespoir, et par se laisser contaminer elle même; elle n’a que 17 ans, la maturité et le courage d’un adulte, mais pas sa résistance et c’est pourtant une fille formidable.
    Si vous voyez un SDF dans la rue par grands froids, vous ne pouvez pas le sauver tout seul. Il faut alerter les secours. Là c’est pareil!
    Quand la situation est grave ainsi, il faut aller chercher les adultes!
     Bien sûr il y a des adultes égoïstes, mais l’infirmière de votre collège ou de votre lycée se dévoue pour les autres, elle saura quoi faire et elle est tenue au secret médical.
    Il y a vos parents; ils vous aiment et seraient malheureux que vous soyez, vous même, dans cet état. Alors allez les voir, ils sauront que faire vis à vis des parents de votre camarade, qui n’ont peut être rien soupçonné de la détresse de leur enfant.


    Et vous qui souffrez ne croyez pas que cela se voit forcément.
    Vos parents, vos grands parents vos frères et soeurs vous aiment, ils n’ont rien vu, sinon, ils seraient déjà à vos cotés. Alors allez les voir, allez vous confier.
    Ne soyez pas honteuse, quelqu’un qui aime beaucoup ne juge pas. Le seul moyen d’en sortir, c’est qu’on vous aime, que l’on vous écoute, que l’on cherche à comprendre vos angoisses, et à vous aider à en éliminer les raisons.    
    L’adolescence, c’est le moment ou on est en rébellion contre ses parents, contre le monde entier. Je l’ai été aussi; mais c’est une situation passagère et on s’aperçoit plus tard, quand on est devenu adulte, que cette révolte n’a finalement pas servi à grand chose : c’est la nymphe qui veut faire éclater le cocon.
    Mais dans le malheur, il faut oublier ces querelles, il faut se serrer les coudes : l’union fait la force et redonne confiance.

   Si votre mal est sérieux, surtout si vous avez des idées morbides, ne restez pas dans votre coin. Il ne suffit pas de  crier au secours, on ne sait pas si on sera entendu. Il faut aller chercher de l’aide, avant que votre souffrance ne vous empêche de raisonner et que vous risquiez de faire des choses irréparables..
Par maud96 le Mercredi 19 octobre 2011 à 12:28
Le mieux, ce sont les amis de même âge, en un premier temps... Pour celà, il ne faut pas être resté "enferré" sur son ordinateur ou ne jamais sortir; participer à des activités sociales...
Par coldtroll le Mercredi 19 octobre 2011 à 15:42
avec la photo en début d'article, j'ai cru que tu nous proposai de fumer de l'herbe pour aller mieux :D
(suis-je bête !)
Par Lilitu le Mercredi 19 octobre 2011 à 15:42
On a tous des moments difficile mais il faut savoir aller de l'avant..
J'ai eu beaucoup de problèmes dans ma petite vie, qui auraient pu m'effondrer. Mais je me suis toujours forcer à aller vers les gens, trouver des occupations, rencontrer de nouvelles personnes, de façon à oublier tous ces problèmes.
Par Tony le Mercredi 19 octobre 2011 à 20:24
J'aime beaucoup cet article, je suis entièrement d'accord avec toi =)
C'est parfois difficile de réconforter une personne, quand ma soeur a perdu son meilleur ami je ne savais pas quoi faire, j'étais moi-même complètement bouleversée par cette mort donc j'ai encore du mal à me remettre ... C'était une période difficile à supporter, et je ne savais pas quoi faire ni quoi dire pour ma soeur inconsolable ... Heureusement qu'il y a sa moitié.
Parfois on pense qu'on est seul alors qu'en réalité il y a beaucoup de personnes prêtes à nous aider, c'est juste qu'on ne le voit pas.
Par naftaline le Mercredi 2 novembre 2011 à 21:32
Nombreux sont ceux qui appellent à l'aide sans trop savoir ce qu'ils veulent vraiment. Pour certains, c'est juste.... de l'attention dont ils ont besoin. Pour cela, des personnes n'hésitent pas à s'inventer une vie, des problèmes et même des amis! Leur âge? Jusqu'à 18 ans. Une amie à moi s'est marié récemment. Cela fait quelques années que j'avais coupé les ponts avec elle, ne supportant plus ses mensonges, ayant l'impression de ne pas la connaître pour ce qu'elle était vraiment. Malgré toutes ses menaces de suicide, la voilà épousée comblée aujourd'hui.
Oh et puis moi aussi, je disais souffrir, être seule, vouloir mourir. Je suis là aujourd'hui :)
Mais je suis cependant d'accord: mieux vaut prévenir que guérir, autant ne pas attendre qu'il y ai des morts pour s'alarmer.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3145100

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast