Samedi 22 mai 2010 à 8:28

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/1001797.jpg

    Mes derniers articles sur les apéro géants, sur  l’homophobie et sur l’amour éternel m’ont valu quelques coms et plusieurs mails; il faut que je revienne un peu sur ces sujets, pour mieux expliquer mon opinion.

    Une jeune marocaine qui, malheureusement ne me laisse l’adresse ni de son blog, ni de son mail, me reproche en particulier mon incohérence, car j’ai dit que j’étais contre le port de la burka en public, que par contre je ne croyais pas à l’efficacité de l’interdiction des apéros géants et  que je ne comprenais pas qu’on condamne les homosexuels , qui pourtant “étaient une gêne beaucoup plus importante que la burka et une déviance de l’ordre établi par Dieu”
    Elle m’a aussi trouvé indécent de “comparer la burka à un caleçon à fleur”.
    Je l’appelerai “Fleur du désert”, en souvenir du Sahara que j’aime.
    Une jeune fervente catholique me fait aussi remarquer que le pape a condamné l’homosexualité. et que je ne devrais pas ainsi “m’insurger contre les règles religieuses”. Je l’appellerai “Ciel”, car c’est son obsession.
    Alors j’aimerais expliquer ici “l’incohérence ou la cohérence” de ma pensée.

    Je ferai d’abord remarquer que je n’ai fustigé que l’intolérance, fusse t’elle religieuse ou d’une religion contre l’autre, mais je m’abstiens toujours de tout jugement de valeur sur les religions (en considérant l’athéisme comme l’une d’entre elles, fidèle à “l’être” et au “non être” de Kant)), et  également sur ceux qui les pratiquent, car pour moi, “à chacun sa foi, elle vaut bien celle du voisin”.
    J’ai eu des camarade et des amis catholiques ou protestants, musulmans, juifs, et athées, ils m’étaient aussi chers les uns que les autres et les différences de religion, dont nous discutions souvent, n’ont jamais été un obstacle à notre entente; nous les comparions simplement et nous y trouvions bien des points communs, mais aussi bien des exagérations par rapport aux écritures initiales, imaginées par des sociétés intolérantes .   
    Je regertte simplement de ne pas avoir eu d’ami bouddhiste.
    En ce qui concerne le pape, je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas le droit de penser différemment que lui. D’ailleurs à ma connaissance il n’a pas condamné les homosexuels, mais “le mariage entre personnes de même sexe” et ce sont des intégristes catholiques qui ont transformé ce qu’il disait.
    Mais je voudrais préciser une chose qui me tient à coeur : j’estime que la pape et les prètres parlent des règles des catholiques, les imams des règles des musulmans et les rabbins de celles des juifs, mais je ne vois pas pourquoi les règles qu’ils édictent s’appliqueraient aux autres religions que la leur et, à mon sens, c’est de l’intolérance que de vouloir que les règles d’une religion s’appliquent à tous les hommes de l’humanité !
    En fait chaque homme, qu’il soit croyant ou pas, se forge l’ensemble des règles qu’il accepte d’appliquer à lui même : c’est le “surmoi” de Freud.
    Je dirai à Ciel que libre à elle d’appliquer les directives du pape, plus ou moins transformées par des personnes plus intégristes, mais je ne vois pas pourquoi elles devraient être suivies par des gens qui ne sont pas d’accord avec elles. Après tout, s’ils n’aspirent pas à aller au paradis, libre à eux !
    Les temps et les moeurs évoluent et je connais beaucoup de jeunes catholiques qui utilisent pilule et préservatifs, malgré leur condamnation apr le pape !
    Je respecte profondément les évangiles, le coran, la bible, mais d’abord on dénature souvent leurs règles, d’autre part ils ont été écrits il y a des centaines d’années dans un contexte de vie très différent d’aujourd’hui, et il est donc normal que certaines règles soient désuettes.
    Personnellement par exemple, je pense que si les prêtres étaient mariés ils comprendraient mieux les problèmes des couples. Mais c’est seulement mon avis personnel.

    Vis à vis de Fleur, mon raisonnement sera différent.
    D’abord je n’ai pas comparé la burka à un caleçon avec des coquelicots dessus (c’est plus gai et printanier !), mais j’ai dit que si je me promenais avec seulement un caleçon à fleurs dans les rues de Paris, on m’emmènerait au poste de police, ce qui est la vérité, parce que je dérangerais les autres personnes par ma tenue. !
    Tu me dis, Fleur,  qu’on devrait alors “interdire aux filles de se promener avec une minijupe taille basse ou de mettre un string”.
    Pour moi le problème n’est pas le même. Je serais le patron d’une agence bancaire et je verrai une personne en burka sonner au sas, je dirais à mes employés d’interdire l’entrée, non que je juge la tenue choquante, mais parce que j’aurais peur que la burka ne dissimule un bandit avec un fusil à pompe.
    Je ne pense pas qu’on puisse dissimuler une mitraillette dans un string sous une minijupe.!
    Pour moi on devrait interdire le port de la burka pour des raisons de sécurité, et ce serait bien si on pouvait aussi aider du même coup les femmes qui n’ont pas envie de la porter mais obéissent seulement à leur mari.

    Quant à l’interdiction des apéros géants ou du port d’une minijupe taille basse, je ne crois pas à son efficacité, car que faire si les gens persistent, comme cela est probable? Cela ne résout pas le problème.
    Je connais une jeune ado qui portait une microjupe taille basse avec un string, malgré la désaprobation de ses parents. Mais à cet âge on aime être provocateur et braver les interdictions : il faut bien  affiirmer sa personnalité !
    Alors quelqu’un de sa famille l’a prise en photo, de dos,  un jour quand elle se baissait pour ramasser un objet sur le sable de la plage, et on lui a donné la photo. Elle s’est alors aperçue que ce qu’elle montrait ainsi n’était pas du plus bel effet, ne cachait pus rien, et qu’on devait se moquer d’elle. Depuis elle porte toujours la même minijupe, mais avec des dessous plus “couvrants”.!
    Je ne suis favorable à une interdiction que lorsque les conséquences sont graves et qu’on ne peut faire autrement. Mais pour moi, l’explication, la réflexion et la prévention doivent précéder l’interdiction.

    Enfin je pense qu’on doit respecter les coutumes de l’instant dans le pays où l’on vit.
    Si j’avais été un ingénieur femme obligé par mon métier à passer des mois en Arabie Saoudite, pendant mon séjour là bas, j’aurais mis un voile sur ma tête (pas la burka, un simple fichu), pour ne pas choquer les personnes de ce pays.
    J’ai eu l’occasion, grâce à un ami musulman de visiter une mosquée, et il m’a semblé normal de lui demander de me dire ce que je ne devais pas faire pour ne pas choquer les fidèles, et d’enlever mes chaussures en entrant.
    Les coutumes évoluent d’ailleurs. Dans une église de Bretagne il y a 50 ans, les bretonnes portaient des habits noirs et les femmes n’auraient pas été admises sans un chapeau ou une veste. Aujourd’hui on peut rentrer l’été les bras et la tête nus, mais ce serait un manque de respect que d’y aller en maillot de bain et je comprends cela. De même que je m’abstiens de visiter une église pendant une cérémonie pour ne pas déranger ceux qui sont venus y prier et j’y parle toujours à voix basse.C’est pour moi, une question de respect.

    A mon avis on doit faire des efforts pour que son attitude ne dérange pas les autres, mais ceux ci ne doivent pas non plus exiger trop et se choquer pour des broutilles.
   

Par Edgar.Friendly le Samedi 22 mai 2010 à 10:20
Tu as bien raison sur de nombreux points, l'intolérance la première.

Je tiens simplement à dire, et je l'ai évoqué dans un article sur daniel.jackson.cowblog.fr que le Coran n'impose ni le port du voile, ni celui de la burka : il vise à affermir les règles pré-islamiques en matière de pudeur féminine. Les doctrines coraniques originelles, si on s'appuie sur le texte, ne font aucunement de la femme un être inférieur à l'homme, incarnation d'austérité derrière un voile.
Je le sais bien : j'ai étudié le monde musulman médiéval, dont le Coran, ce semestre à la fac.

Le problème, c'est que dans ce cas comme dans de nombreux domaines, le livre sacré musulman est nettement moins radical et affirmatif que la Bible, ce qui a donné lieu à de nombreuses interprétations et dérives.
Quant à la burqa, elle est le fait d'intégristes contemporains et n'a rien à voir avec l'Islam classique.

J'me prononcerai pas sur le christianisme, en ma qualité d'apprenti-historien, d'abord parce que je connais mal cette religion et ses dogmes dans ce cas précis, ensuite parce que je la respecte nettement moins que la religion plus sociale et indulgente qu'est le Coran, selon, bien sûr, le respect de leur texte sacré respectif.
Par jazz le Samedi 22 mai 2010 à 17:20
un coucou musical en passant
te souhaitant un bon w end ,A+
Par alesia le Lundi 24 mai 2010 à 0:24
Il ne faut pas, parce que cela vient de "la religion", perdre son sens critique et tout accepter aveuglément.
Par alesia le Lundi 24 mai 2010 à 0:25
(ah oui. Et puis. Il y a la religion, et ce qu'on en fait. Ou ce que "les autres" en font.)

(mon autre blog est verrouillé pendant qq temps)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2999558

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast