Dimanche 30 août 2015 à 10:47

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/479435800pxnicolaspoussintheplagueatashdodwga18274.jpg

     La presse et la télé ont monté en épingle trois cas de peste aux USA: une enfant en juillet et un touriste adulte en août, qui visitaient le par de Yosemite, en Californie, qui reçoit tous les ans plus de 4 millions de visiteurs.
    Je rassure tout de suite les utilisateurs de Macintosh, dont le dernier logiciel système s’appelle Yosémite, que leur Mac n’est pas contagieux !
    Evidemment les énormes épidémies de peste de L’Antiquité du Moyen âge (vers 1350), ont laissé des souvenirs dans la littérature et donc pour les médias, c’est une nouvelle sensationnelle.
    Mais aujourd’hui, bien que ce soit une maladie grave dont on peut mourir, la peste se soigne relativement bien avec des antibiotiques, et d’ailleurs la petite fille qui l’avait contractée en juillet est guérie. Il faut simplement faire le bon diagnostic à temps,
    Il semble que cela n’ait pas été le cas d’un jeune homme en juin, qui est décédé.

    En fait il existe deux sortes de peste, la « peste bubonique » et la « peste noire » ou pulmonaire.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/plaguetitjpgb3a18d7261a14d6d8d7109445cd5f4bdLarge.jpg    Toutes deux sont provoquées par une bactérie, qui est un cocobacille : Yersinia pestis, (voir photo ci contre environ 0,5 X 2 microns), comportant 4000 gènes. Il est très résistant aux défenses naturelles et reste virulent dans les corps en putréfaction, ce qui explique les mesures prises dans l’antiquité et le Moyen âge de brûler les corps.
    Il est résistant au froid et reste virulent dans les sols.
    Les pathologies dépendent de l’importance de la prolifération du virus dans le corps de la personne contaminée.
 
    La bactérie est en général à l’origine, véhiculée par les parasites des rats, et notamment les piqûres de puces. Les puces transmettent de virus de rat à rat, et quand ceux-ci meurent, les colonies se rapprochent souvent des habitations humaines, et les puces des animaux morts peuvent émigrer vers l’homme.
    La peste bubonique est la plus courante. Après piqûre et ingestion de la bactérie, celle ci se multiplie sur place et provoque une pustule (le « bubon »), puis envahit le système lymphatique et se développe dans les ganglions, qui deviennent à leur tour des pustules infectées.
    La bactérie sécrète une toxine qui détruit les globules blancs macrophages et envahit peu à peu l’organisme et notamment les poumons : lorsque ceux ci sont infectés, des bacilles sont alors présent dans les gouttelettes rejetées par la respiration et la toux;la contamination peut alors se produire par voie aérienne, d’homme à homme. C’est la peste pulmonaire, extrêmement contagieuse et le plus souvent mortelle, à l’origine des grandes épidémies.
    L’incubation dure en général deux à dix jours, puis apparaissent fièvre, vertiges céphalées. Le bubon est visible sur la piqûre au deuxième jour après celle-ci.
    Dans 20à 40 % des cas, la guérison est spontanée mais longue. Le traitement antibiotique est efficace à ce stade et il est rare de constater des décès.
    Dans environ 15% des cas la maladie peut évoluer vers une septicémie, qui peut être mortelle.
    Par contre si la contamination atteint le stade pulmonaire, le traitement est peu efficace et la mort intervient en quelques jours. A l’origine, il y a peu de cas de peste pulmonaire (environ 5%), mais le mécanisme de contamination devenant aérien, celle ci peut croître brutalement et engendrer une énorme épidémie.
    Pour éviter ce problème, il faut soigner précocement la maladie et mettre les malades en isolement.

    L’opinion publique croit que la peste est une maladie qui n’existe plus. C’est totalement faux.
    Près de 40 000 cas humains de peste ont été déclarés à l’OMS par 24 pays au cours des quinze dernières années. L’Afrique est le continent le plus touché, suivi par l’Asie. Les foyers de peste les plus importants se situent à Madagascar, en République Démocratique du Congo et en Tanzanie, et en Asie, la Chine, la Mongolie et le Vietnam.
    Le bacille peut rester virulent dans le sol pendant au moins quelques dizaines de jours, ou dans des carcasses d’animaux. Parmi des rats de laboratoire contaminés, certains mouraient rapidement, mais d’autres ont survécu plusieurs semaines et étaient porteurs du bacille. Celui ci peut donc rester présent dans une colonie animale et entraîner des épizooties successives, et donc des transmissions possibles à l’homme.
    Il semble que le bacille puisse ainsi persister en un endroit pendant des dizaines d’années.
    Par contre sa persistance sur des surfaces usinées domestiques (acier, verre..) est de l’ordre de 3 jours.

    Dès qu'un cas de peste est signalé et reconnu, un dispositif de sécurité se met immédiatement en place : isolement et traitement du ou des malades par des antibiotiques, vaccination massive de la population, désinsectisation et dératisation intensives, surveillance de tous les moyens de transport.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274489

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast