Dimanche 5 janvier 2014 à 8:31

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Photoscomiques2/72959873.gif

     Il y a quelques semaines, notre chevrette encore canadienne à l’époque, Maud, m’avait adressé dans un commentaire, le lien suivant d’un article intéressant :
 http://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/hubert-reeves-trop-d-hygiene-n-est-pas-bon-pour-la-sante-29-11-2013-1763250_1914.php
du grand savant Hubert Reeves, et elle rajoutait :
« Des faits que j'ai observés pendant mon stage au Sahel m'inclinent à penser qu'Hubert Reeves a raison... Je voulais faire un article intitulé "Buvez de temps en temps un verre d'eau sale"... mais n'en aurai pas le temps...».
    Alors comme je suis d’accord avec ce que disent Reeves et Maud, je vais prendre le relais :

    Dans son article, Hubert Reeves essaie de nous montrer que « trop d'hygiène n'est pas bon pour la santé ! ».
    Il constate l’accroissement important dans nos pays civilisés des maladies liées à l’environnement, les allergies et l’asthme en particulier, et il constate que des populations qui ont gardé une vie plus rustique sont moins touchées.
    Il donne le résultats de recherches :
« Ce sont les microbes présents dans les étables, les débris végétaux et le lait cru qui stimulent le système immunitaire des enfants et les protègent contre les allergies. Voilà donc une population microbienne que nous aurions tort de vouloir éliminer. Nous devons au contraire la mieux connaître pour l'intégrer dans notre défense de la biodiversité.
Faut-il pour autant abandonner nos mesures d'hygiène ? Certes non ! Elles ont joué un rôle fondamental dans la décroissance radicale de la mortalité infantile au cours des deux derniers siècles. Mais il faut savoir identifier nos amis et nos ennemis. Utiliser les antibiotiques, mais limiter les mesures antiseptiques.»


    Je ne peux qu’être d’accord avec Maud et Reeves, car j’ai pu constater la véracité de leurs propos :

    Quand j’étais petit, c’était la guerre; on n’avait pas en permanence de l’électricité et du gaz et il y avait de nombreuses coupure.
    Ma grand mère avait pour amies deux vieilles dames, qui avaient une douce manie : elles avaient peur des microbes et faisaient bouillir toute l’eau qu’elles buvaient ou utilisaient pour leur cuisine.
    A l’hiver 43, une coupure de gaz a duré plus de 8 jours et elles ont dû boire de l’eau du robinet : elles ont toutes deux attrapé la typhoïde. Et pour tant, pendant le même temps il n’y a eu qu’un seul autre cas dans la ville. Elles n’était simplement pas immunisées.

    Aux Etats Unis, j’ai pu constater que les mesures d’hygiène étaient extraordinaires : dans les huîtres du Mississipi (d’eau douce), on a la joie de trouver … trois gouttes d’eau de javel. Et dans les chambres d’hôtel, non seulement on met un protège siège en papier jetable sur la cuvette des toilettes, mais on emballe aussi dans du plastique scellé la bible que vous trouvez sur votre table de nuit et qui a été stérilisée à votre départ.
    Et pourtant au même moment le nombre de gens qui, dans la ville, avaient rhumes, grippes et gastro était énorme et les médecins étaient sur les dents.

    J’ai travaillé parfois au Sahara au contact des populations nomades et de celles des palmeraies. J’ai été étonné car la mortalité des femmes en couches et des enfants en bas âge était énorme. Mais par contre les adultes étaient peu malades et il y avait, malgré le climat rude et une certaine pauvreté, beaucoup de vieillards dans les palmeraies.
    Un médecin qui assurait notre sécurité médicale au camp, et son infirmière ont soigné femmes et enfants, presque sans médicament , simplement par des mesures d’hygiène au moment des accouchement et dans la nourriture et les soins des bébés. Et la mortalité est presque devenue nulle  pour les jeunes, sauf accident (et piqûres de serpents et de scorpions).
    Ni trop peu, ni trop d’hygiène c’est probablement là le secret.
    Mais il y a parfois des constatations difficiles à entendre : le chef de la palmeraie nous disait , lors d’une visite, « tu as soigné mes femmes et mes enfants, et ils ne meurent plus, c’est bien; mais comment vais je faire maintenant pour les nourrir ? » Nous avions détruit un équilibre !

    Cela dit, il ne faut pas négliger pour autant les progrès de la médecine et certaines précautions utiles.
    J’ai récemment attrapé (dans le métro ou les hypermarchés), une bonne grippe. Mais étant vacciné, elle n’a pas été bien méchante, et m’a plus abruti que rendu vraiment malade pendant quelques jours.
    Et se laver régulièrement les mains, mettre des gants dans le métro pour toucher les portes ou les rampes où l’on se retient debout, évite sûrement bien des contaminations.

    Il ne faut pas non plus manier à outrance le principe de précaution, ou faire preuve d’une sensiblerie inutile
    Devenir végétarien pour épargner les animaux n’en n’épargnera pas beaucoup et risque de vous causer des problèmes de santé; ne pas se faire vacciner parce qu’il y a une chance sur un million d’avoir une réaction grave, c’est prendre un risque inutile.
    Et s’il n’y avait pas l’expérimentation animale (que l’on peut faire sans les faire souffrir), il n’y aurait aujourd’hui aucun vaccin et beaucoup moins de médicaments, donc des millions de morts humains en plus..
    Mais il ne faut pas non plus se croire inoxydable : aller voir la mer sur une digue un jour de tempête ou se promener hors piste lorsque le risque d’avalanche est élevé, c’est aller vers la mort sans le savoir.
Par alyane le Dimanche 5 janvier 2014 à 13:15
Les mesures d'hygiène sont importantes surtout en période d'infections hivernales, se laver les mains.
J'ai attrapé la grippe et le rhume suite à un simple contact par les mains.
Par MissPa le Dimanche 5 janvier 2014 à 14:23
Oh comme je suis d'accord avec tout ça... Etant fille de médecin, mon père m'a toujours dit que trop d'hygiène était mauvais pour l'immunité (de toute manière, avec tous nos animaux de compagnie, ce n'est pas l'hygiène qu va nous tuer...). A vrai dire, chez moi on ne m'a jamais obligée à me laver les mains avant d'aller à table (je le faisais toutes seule si elles étaient vraiment sales) et je n'en ai pas été plus malade que les autres.
Pour ce qui est du végétarisme ou des tests sur les animaux par contre... Je suis d'accord sur le fait qu'il ne faille pas se ruiner la santé à devenir végétarien (et à fortiori végétalien!), toutefois il ne faut pas oublier non plus que manger de la viande tous les jours est inutile, et deux fois par jour, mauvais pour la santé et pour la planète! (car les bêtes mangent et boivent, donc c'est de l'eau consommée inutilement). La plupart des gens peuvent se permettre de ne manger de la viande que deux ou trois fois par semaine et devraient le faire, c'est bien meilleur pour la santé. Pour ma part j'ai horreur de manger de la viande de manière générale mais je ne peux malheureusement pas faire sans pour des raisons de santé.
Quant aux tests sur les animaux, on ne peut décemment pas s'en passer dans le cadre pharmaceutique, mais je ne peux que dénoncer les tests cosmétiques, qui eux sont des souffrances animales dont on pourrait bien se passer!
Par maud96 le Dimanche 5 janvier 2014 à 15:58
Les "ondes" parlent justement en ce moment des 3 prématurés morts mystérieusement à Chambéry... Sans plus aucun contact avec le corps ou le lait de leur mère, ils ne reçoivent aucun anticorps... je suppose que celà peut expliquer leur extrême fragilité à la moindre ingestion de bactéries non contrôlées dans leur alimentation.
Je trouve toujours passionnants ces articles où "remontent" tes propres souvenirs !
Départ demain matin de CDG !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3258569

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast