Lundi 27 janvier 2014 à 7:57

Biologie, santé.

Une photo de Escherichia Coli

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/800pxEcoliat10000x.jpg

On a beaucoup parlé à la télé des morts des bébés prématurés de Chambéry.
    Il est à peu près certain qu’elle est due à une bactérie qui n’avait pas été jusqu’à présent rencontrée et qui est une « entérobactérie ».
Elle n’a pas encore de nom. Elle peut vivre dans notre environnement.

    Les entérobactéries représentent une famille immense, dont le chef de file est Escherichia coli, ou colibacille, qui vit dans notre intestin.
    Le collibacille représente 80% de la flore intestinale et son rôle principal est d’empêcher des bactéries pathogènes de proliférer. Elle participe aussi à la production de vitamine K, qui aide la coagulation sanguine.
    Si la plupart des souches de E.coli sont inoffensives, certaines sont pathogènes.
Elles peuvent alors provoquer, en se multipliant dan s l’intestin provoquer des infections intestinales qui peuvent se propager au système urinaire (cystites). Certaines souches peuvent provoquer des hémorragies, voire si elles envahissent l’organisme, des septicémies et même la mort.
    La contamination se fait par de l’eau, des aliments, de la viande souillés et pas assez cuits, voire un bain dans une mare contaminée par des excréments d’animaux.
    Comme E coli se reproduit très vite (doublement toutes les 20 minutes - 10 colibacille en donnent 2,6 millions en 6 heures faites le calcul de la série géométrique ! lol), les souches non pathogènes sont très utilisées en recherche biologique, notamment pour étudier la génétique.

    Chez l’homme la microflore intestinale renferme environ 100 000 milliards de bactéries appartenant à plus de 400 espèces différentes. Il s’agit d’une biomasse considérable dont l’activité se traduit par la production in vivo d’enzymes et de petites molécules organiques.   
    La répartition de la flore varie selon les segments du tube digestif. Elle dépend de la teneur du milieu en oxygène, des sécrétions du tube digestif haut, des nutriments disponibles et de la vitesse du transit des aliments et de notre alimentation.
    L’ensemble constitue un écosystème intégré, aux interrelations multiples. Toute modification de l’un ou de l’autre de ses constituants est susceptible de perturber l’équilibre et le fonctionnement de l’ensemble.
    Chez les bébés, la flore intestinale se développe en quelques jours après la naissance, mais n’a pas la même composition que celle des adultes avant 2 ans environ, et donc l’enfant est davantage sensible à des invasions de bactéries intestinales.
    A fortiori, toute contamination du sang est dangereuse et donc toute nourriture par injection doit être absolument stérile.

    Pour les bébés qui ont succombé à une infection à Chambéry, les autorités de santé n'ont pas encore «cerné le moment et le lieu où s'est produite la contamination».
    Il est certains qu’elle provient de poches d'alimentation parentérale, (l'administration d'une substance au moyen d'une injection est appelée voie « parentérale », par opposition à la voie « entérale », qui désigne l'administration faite par l'intermédiaire du tube digestif.), poches produites par le laboratoire Marette de Courseulles-sur-Mer (Calvados), ce qui explique la suspension du laboratoire et la mise en quarantaine de tous les produits de ce fabricant.
    Les poches contaminées (5 actuellement trouvées, sur plus de 400 000 fabriquées jusqu'à présent), ont des numéros qui se suivent et donc ont été fabriquées au même moment. Il est probable qu'il s'est passé quelque chose dans la chaîne de production ou de transport et de stockage, et que cela a été corrigé. Ces poches disposent d'un système d'ouverture/fermeture qui aurait, en théorie, pu être manipulé à un moment quelconque, par exemple lors du transport entre Courseulles-sur-Mer et Chambéry ou dans les stocks de l'hôpital. Des hypothèses cependant beaucoup moins probables que la survenue d'un problème sur le site de production, d'où les mesures fortes prises mardi à l'encontre du laboratoire Marette.
    Les analyses ont prouvé que la quantité des endotoxines, substances toxique produites par les bactéries, était considérable, et les chocs infectieux se sont déclenchés moins de deux heures après le début de la perfusion, chez des nourissons prématurés fragiles.

    D‘après les chercheurs de l’Institut Pasteur, il s'agit d'une nouvelle espèce d'entérobactérie, proche des espèces Ewingella et Rahnella, mais suffisamment différente pour mériter un nouveau nom : «Les divergences sont de 9% avec le gène très discriminant que nous avons utilisé pour les comparaisons aux entérobactéries connues. Ce qui signifie que c'est une espèce qui n'a jamais été décrite. Les chercheurs vont la caractériser précisément (son génome notamment), et après avoir vérifié qu'elle n'a effectivement jamais été découverte, ilss proposeront un nom au comité d'expert ».
    En fait le problème, pour éviter de nouveaux accidents,  n'est pas tellement d'identifier plus avant cette bactérie, mais de savoir comment elle a pu être introduite dans les poches, soit dans le laboratoire de fabrication, soit à l'hôpital de Chambéry.
Il n'est pas sûr que l'erreur vienne des laboratoires Marette qui ont fourni, le même après midi 102 poches dans quatre centres hospitalier différents, sans conséquences dommageables. L'enquête ne semble pas facile.
Par maud96 le Lundi 27 janvier 2014 à 10:07
Humour : ((s'il est permis) cet article prouve que même chez les plus racistes des êtres humains, il est une partie de leur corps qui, elle, n'est pas raciste : c'est leur intestin !
Plus sérieux : il semble que l'usage "abusif" des "antibiotiques" favorise l'émergence de ces souches nouvelles d'entéro-bactéries. Or on trouve désormais trace des antibiotiques actuellement dans toutes les eaux de globe, là où résident des humains... Et on ne sait trop les "filtrer". Pire qu'une menace nucléaire !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3259956

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast