Mercredi 29 avril 2015 à 7:27

Contraception, condition féminine

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/pilulecontraceptiveavortement.jpg

    Certaines jeunes correspondantes me posent parfois des questions sur la contraception et j’ai déjà fait des articles à ce sujet.
    Je suis d’ailleurs parfois étonné des idées erronées qui circulent dans ce domaine, malgré les cours d’éducation sexuelle qui devaient être faits au collège et au lycée.
    Le liberté des moeurs n’est pourtant pas compatible avec l’ignorance.

    Une nouveau progrès vient d’être fait dans le domaine de la contraception, avec la mise en vente libre d’une « pilule du lendemain » plus efficace.
    Un préservatif qui craque, une pilule oubliée ou pas de contraception, il y a risque de grossesse. Dans les 3 à 5 jours, il est possible d’avoir recours à une contraception d’urgence.   
    La contraception d’urgence dépanne et peut éviter une grossesse, mais elle ne remplace pas une contraception régulière. Elle ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles, notamment le sida.

    Les adolescentes mineures peuvent trouver cette pilule dans les infirmeries scolaires ou gratuitement en pharmacie, au Planning Familial, dans un centre de planification, sur simple déclaration d’âge et sans justificatif ou autorisation des parents. Il n’est pas nécessaire de consulter un médecin, d’avoir une ordonnance ou de faire un examen gynécologique.
    Elle n’est pas gratuite pour les personnes majeures, mais peut également être acquise (entre 10 et 20 €), en pharmacie, au Planning Familial ou dans un centre de planification, sans ordonnance. Remboursable par la sécurité sociale sur ordonnance, elle peut être demandée lors d’une consultation médicale afin de l’avoir d’avance.    

    Jusqu’à présent une seule pilule était disponible le "Norlevo" ou son générique "Levonorgestrel", efficaces pendant 3 jours. une nouvelle pilule,  jusqu’à présent vendue sur ordonnance, est maintenant également disponible « EllaOne » et elle est efficace pendant 5 jours après le rapport sexuel non ou mal protégé
    Il ne faut pas attendre pour la prendre car elle est d’autant plus efficace qu’on la prend tôt.
    Les deux molécules de ces pilules ont le même principe de fonctionnement, en empêchant le follicule ovarien d'arriver jusqu'à l'ovulation, pendant une période de 5 jours, durée de vie des spermatozoïdes.
    La molécule la plus récente est plus efficace car elle agit jusqu'à un stade plus tardif de la maturation du follicule. Mais, aucun des deux traitements ne protège à 100 % puisqu'ils ne peuvent agir si l'ovulation a déjà eu lieu.
    Dans une prise optimale dans les 24 heures qui suivent un rapport, la prise du lévonorgestrel divise le risque de grossesse par deux et Ellaone le divise par 6.    

    Pour celles qui utilisent la pilule comme moyen normal de contraception, et qui ont oublié de la prendre, voici les recommandations du planning familial :
    Si vous avez oublié de prendre votre pilule habituelle un jour et que vous savez que vous allez avoir un rapport sexuel pendant les 7 jours suivant l’oubli, mieux vaut utiliser une autre méthode de contraception (préservatif masculin ou féminin par exemple).
    S’il s’agit d’un oubli de pilule et que vous avez eu des rapports dans les 5 jours avant cet oubli : vous prenez le dernier comprimé oublié dès que vous vous en apercevez ET la pilule d’urgence ET vous continuez votre plaquette jusqu’à la fin.

    La pilule d’urgence n’est pas dangereuse, ne rend pas stérile et peut être prise chaque fois qu’il y a un risque de grossesse non prévue, même si elle peut parfois perturber le cycle. Elle peut être moins efficace en cas de prise répétée au cours d’un cycle.
    Mais elle ne constitue pas un moyen normal de contraception et sa fiabilité relative nécessite un test de grossesse 3 semaines après le rapport non protégé.
    Il ne faut cependant pas hésiter à l’utiliser en cas de rapport non protégé, car c’est bien moins traumatisant qu’une IVG.
Par kaa le Mercredi 29 avril 2015 à 18:19
Les cours d'éducation sexuelle font bien partie des programmes du collège et du lycée. Malheureusement pas toujours pris au sérieux par des adolescents qui y voient trop souvent l'occasion de bien rire pendant ces séances.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3273079

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast