Mercredi 8 janvier 2014 à 9:02

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/stresspic.jpg

    Je suis toujours étonné de voir les différences de comportement des personnes, qui, face à u-des situations voisines , sont soit relativement heureuses, soit plus ou moins malheureuses.
    Les préférences cérébrales ont évidemment une grande importance dans ce domaine : on est plutôt optimiste ou pessimiste.
    L’optimiste a tendance à tourner la page du passé et à regarder le verre à moitié plein. Le pessimiste à avoir remords et regrets, et à voir le verre à moitié vide.
    C’est une orientation innée de nos pensées, mais évidemment l’éducation y fait aussi, et si nous avons eu des parents optimistes, nous verrons mieux le bon coté des choses, car nous l’avons appris enfant.

    L’environnement est une chose importante. Il est certain que si notre entourage est malheureux, pire, en dépression, nous aurons du mal à positiver.
    Au contraire, comme le montre une étude de l’université de San Diego, en Californie, « pour être heureux, ayez des amis heureux.
    Cette étude a suivi les relations sociales de presque 5000 personnes, leur nombre d’amis, de frères et soeurs, le niveau de leurs bien-être subjectif.
    Ils ont constaté que les personnes entourées de gens heureux, le devenaient elles-mêmes de plus en plus.

    Il est certain qu’être heureux dépend évidemment des circonstances extérieures de la vie. Mais cela dépend aussi beaucoup de nous.
    Je constate que des personnes qui finalement n’ont pas tellement de problèmes, se trouve relativement malheureuses, alors que d’autres qui sont perturbées par la maladie, ont le courage d’agir dans une relative joie et bonne humeur.
    Etre heureux dépend donc aussi fortement de notre attitude : sachons profiter des joies de tous les instants, par exemple dans notre famille, dans ces jours de fêtes.

    Beaucoup de ceux et celles qui me semblent peu heureu(x)ses, sont surtout affecté(e)s par le stress, que ce soit dans leur travail où dans leur vie personnelle.
    On trouve dans les articles de psycho de nombreuses recettes pour comvattre le stress. En voici quelques unes :

Prévenir le stress en s’organisant mieux :
    Il est bon d’avoir un bureau bien rangé, des tiroirs et des étagères pour mettre ce qui vous sert.Organisez votre espace de travail
    Les personnes qui font des listes de choses à faire sont plus
efficaces. Alors n’hésitez pas à utiliser votre smartphone, ou un papier et un crayon (on en trouve encore l) pour foire de telles listes. Cela vous évitera recherche et oublis stressants.
    Planifiez votre journée et faites passer les tâches importantes avant celles qui ne le sont pas.
    Programmez vos réunions et rendez vous pour qu’ils ne se checvauchent pas; partez suffisamment à l’avance pour y être à l’heure. Si vous êtes en fac ou au lycée n’attendez pas le dernier moment pour faire votre travail, cela vous évitera de tomber sur une difficulté imprévue.
    Bien sûr tout cela est plus facile à faire pour quelqu’un de préférence J (qui veut maîtriser les problèmes et privilégie la décision) que s’il est P (qui privilégie la prise d’information et s’adapte ensuite).

Aller au devant du stress :
    Il faut prendre quelques minutes chaque jour pour identifier ce qui vous stresse et cherchez comment réduire ou éliminer ces couses.
    Il est bon d’examiner régulièrement les pensées et idées irrationnelles ou obscures que l’on peut avoir, pour les clarifier, les contrôler et essayer de les éliminer.
    Les événements doivent être réinterprétés pour en retirer tous les éléments peu importants, en analyser les conséquences et mettre en valeur leurs bons cotés, tous en étant conscient des risques néfastes pour essayer de les prévenir.

Etre positif :
    Les gens tentent souvent de fuir Ie stress en buvant, en se droguant ou en mangeant trop ou trop peu. Éviter ces solutions autodestructrices et essayez de les remplacer par des techniques positives de gestion de votre corps et de vos pensez.
    Dites vous qu’un corps mal nourri, insuffisamment ou avec peu de protéine, c’est un cerveau qui ne fonctionne pas et la porte ouverte aux maladies.
    Avec une bonne préparation, on peut faire face calmement à presque toutes les situations (imaginez que vous êtes coureur automobile ou dompteur de lion !!!)).
    Et chaque fois que vous avez une pensée négative, essayer de voir quelle pourrait être l'antithèse positive. N'a t"elle pas aussi ses chances d'arriver à condition de prendre les bonnes résolutions .... et de les appliquer.

Faire des projets :
    Il n’est pas interdit de
rêver. C’est même bénéfique. Mais cela risque de nous entraîner dans l’irréel, ce qui nous décevra ensuite.
    Planifier son futur est une excellente façon de contrôler sa vie. Plus on a l’impression de contrôler sa vie, moins on se sent stressé.
    Il faut donc partir de ses rêves et les comparer à la réalité possible, et transformer ses rêves en projets envisageables. Puis regarder que lq sont les moyens dont il faut se doter, les décision à prendre, les consuites à tenir pour les réaliser.
    Evidemment c’est plus facile si vous êtres J, si vous êtes G (global et tourné vers l’avenir) que S (orienté vers le présent et le passé) et si vous prenez vos décisions selon des critères logiques (L) que, de façon subjective,  en fonction de vos valeurs vos goûts et vos pulsions (V).
    Mais si vous n’avez pas ces préférences cérébrales, ne vous découragez pas, vous y arriverez quand même, juste un peu moins facilement.
Par MissPa le Lundi 13 janvier 2014 à 9:13
Bonne année à toi aussi!
Et je vais bien, je suis (enfin!) en vacances. ^^
Pour évacuer le stress, je sais que ce qui fonctionne le mieux chez moi, c'est de garder au moins une heure par semaine pour faire du sport... Même simplement aller marcher dehors, ça change tout, non seulement sur le coup pour me vider la tête, mais aussi sur le long terme, je sens bien la différence entre les semaines où j'ai bougé un peu et celles où j'ai fait d'autres choses pour me détendre (du genre bain ou sieste).
Quant à se projeter... Je le fait aussi dans mes semaines de révisions: je fais des listes de toutes les choses que j'ai envie de faire et que je ne peux pas faire (du genre rangement, sorties, cuisine, livres...) et je me dis que je pourrai les faire dès les examens passés!
Sinon, j'aime bien aussi regarder un bouquin sur les voyages que j'ai offert à mon père, et rêver en me disant qu'un jour j'irai en Islande ou bien marcher dans les grands parcs naturels aux Etats-Unis...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3258759

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast