Samedi 30 août 2008 à 10:10

Préférences cérébrales



    Plusieurs correspondantes m'ont demandé quelle était pa proportion d'E/I.

    On considère qu'en France il y a environ moitié/moitié de personnes ayant la préférence E ou I
    Aux Etats Unis par contre, la proportion d'extravertis dépasse 65%.
Ceci est probablement dû  d'une part à l'origine de la population (colons venus d'Europe à une époque difficile et ayant donc besoin pour réussir de qualités relationnelles), et d'autre part à l'éducation et au mode de vie.

    Vous m'avez souvent demandé aussi comment nos préférences évoluent avec notre éducation, notre instruction, notre expérience et donc notre âge et si la préférence E/I était différente chez un enfant, un ado et un adulte..

    C'est en apparence plus difficile pour une ado de savoir si elle est I ou E, parce qu'elle n'a qu'une expérience limitée de la vie en société, limitée à son école et à un éventuel groupe de « copains », mais qui ne sont pas la société composée de nombreuses personnes que l'on ne connaît pas, mais au contraire, comme la famille, d'un groupe particulier, peu nombreux, de personnes bien connues au sein desquels même un introverti a un comportement voisin de celui d'un extraverti. (du moins s'il n'est pas trop "I").
    Un adulte par contre est confronté dans son métier, et dans la vie courante à des «manifestations mondaines », qui lui font côtoyer de nombreuses personnes peu connues de lui.
    Quand on hésite sur sa propre préférence, il faut se rappeler que ce qu'on cherche, c'est la préférence innée, que l'on utilise le plus souvent, ce qui n'exclue pas que l'on se sert de l'autre préférence, mais moins souvent.

    En fait on sait très vite si un enfant est principalement I ou E.
    Déjà vers 18 mois-deux ans, on voit si l'enfant sait rester seul, s'occuper avec ses jouets ou au contraire s'il a besoin tout le temps de quelqu'un, ses parents, ses frères et soeurs, sa puéricultrice à la crèche....
    Vers 3/4 ans quand l'enfant sait parler couramment avec un vocabulaire suffisant, l'extraverti parle tout le temps alors que l'introverti ne parle que lorsqu'il en a besoin soit pour demander quelque chose soit pour raconter ce qui lui est arrivé.
    A partir de 6 ans, âge où il va à l'école, l'extraverti a besoin de ses copains, parle d'eux, veut jouer avec eux, alors que l'introverti continue avec ses jeux favoris et n'a vraiment de relation qu'avec un ou deux copains choisis soigneusement.

    Vous me demandez  : quand un introverti se comporte t'il en extraverti.?
Cela dépend des personnes et des événements.
    Beaucoup de mes correspondantes introverties ont des comportements voisins de ceux d'extraverties lorsqu'elle sont avec des ami(e)s qu'elles connaissent bien et apprécient.
    Un autre exemple : je suis introverti sans aucun doute. Cependant dans mon travail tous me considéraient comme extraverti. Parce qu'à force de diriger des équipes, j'ai pris dans ce domaine un certain nombre des réflexes d'un extraverti (sauf d'être bavard et de ne pas m'ennuyer dans une réception !!).

    Vous me demandez aussi de vous expliquer comment on peut en étant introverti avoir certaines sous-préférences d'un extraverti ?
    Je vais vous donner un exemple : mon propre cas pour lequel je vais examiner rapidement les diverses sous-préférences.
    Je suis certainement introverti et je ne m'ennuie jamis seul et n'ai pas un besoin permanent de voir des personnes. (sous-préférence 1°).
    En ce qui concerne la préférence 2, j'ai besoin d'étudier, d'acquérir de nouvelles connaissances, de comprendre “comment ça fonctionne”. Cependant dans mon métier j'ai été amené à diriger des équipes et c'est maintenant devenu une attitude normale comme si j'étais extraverti.
    Sous-préférence 3 : je réfléchis longuement avant de parler, d'écrire ou d'agir. Et je suis souvent en retard sur un extraverti qui a parlé avant moi !!!
    Sous-préférence 4 : je n'aime pas parler de moi et raconter ma vie. Cela m'arrive mais uniquement à quelques personnes parce qu'elles m'avaient fait des confidences sur elles, et que certains exemples personnels pouvaient les aider. Il n'y aura jamais de photo de moi sur mon blog autre que celle du ouistiti.
    Sous préférence 5 : écouter les autres et éventuellement les aider.
Mes parents m'ont appris cela et depuis mon enfance j'y suis habitué. Dans ce domaine j'ai des réflexes d'extraverti.

    Enfin plusieurs mails abordent le problème : comment communiquer avec les autres quand on est I ou E. Est il possible de communiquer entre introvertis ?

Je vais envisager les différents cas :
- Si vous êtes tous les deux E, le problème est que vous aimez parler tous deux, quelquefois sans réfléchir. Par contre la rencontre avec l'autre au départ sera facile.
Vous allez donc vous « battre » pour parler et aucun des deux ne va pas écouter l'autre.
Si vous êtes E, que vous allez voir un autre E, demandez lui gentiment de vous écouter, essayez de vous limiter, d'être clair, de lui céder de temps en temps la parole, qu'il puisse vous poser des questions ; écoutez ses questions essayez de réfléchir au réponses au lieu d'interrompre votre partenaire avant qu'il n'ait fini. Si vous n'arrivez plus à l'arrêter, une méthode peu traumatisante consiste à dire que vous ne comprenez pas, que vous ne suivez plus et qu'il faut reprendre.
Si, étant E vous écoutez un autre E, résistez à votre envie de l'interrompre et de parler. Laissez le finir un premier train d'informations avant de reprendre la parole ou de poser des questions.

- Si vous êtes E et que votre interlocuteur est I, le risque est qu'il ne vous dise pas grand-chose, et que vous soyez seul à donner votre point de vue et que l'entrevue soit peu utile. Il faut donc vous forcer à ne pas trop parler et manifester votre intérêt à votre interlocuteur pour l'encourager à parler. Eventuellement lui poser des questions courtes pour qu'il réponde.

- Si vous êtes I et que votre interlocuteur est E, cela devrait être plus facile puisque votre interlocuteur sera enclin à parler, peut être trop même. Le problème sera que vous soyez suffisamment loquace pour poser les questions nécessaires et que votre interlocuteur sente une certaine empathie provenant de vous malgré votre introversion.

- Et la question que vous posez ; “être tous les deux “I” : cela ne va t'il pas nous empêcher de communiquer ?”
    Evidemment si vous êtes tous les deux tellement “I” que vous ne dites jamais rien et que vous êtes complètement coincé(e), cela ne facilitera pas des chose.
vous risquez de rester chacun dans votre coin sans parler. Il y a peu de chance que vous vous coupiez la parole. Le problème étant de faire parler l'autre et de répondre soi-même. Mais c'est rare.
    En fait deux “I” qui se connaissent bien et qui sont tolérants communiquent très bien. Ils parlent peu, écoutent l'autre et réfléchissent à ce qu'il dit. En fait ils aiment réfléchir et étudier avec quelqu'un de connu dont ils puissent partager les idées ou du moins en discuter.
  
     Mais évidemment les autres préférences cérébrales interviennent et influent sur les rapports qui peuvent exister entre deux introvertis.

    Ce sera le sujet de mon prochain article, sans doute lundi, car demain dimanche, faute de temps, je ferai un article court.

Par kaa le Samedi 30 août 2008 à 17:46
Désolé pour le robinet , j'en ai plus en stock :p
Je te préviens si j'en trouve un :)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2663174

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast