Samedi 25 août 2012 à 10:02

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Chiens/Truffe.jpgll y a une vingtaine d’années j’avais un petit chien, un Yorkshire, qui s’appelait Truffe et venait évidemment en vacances en Bretagne avec nous.
    Là, il adorait aller dans les champs voisins de la maison, chercher des chats, des mulots ou des terriers de fouine ou d’hermine.
    Et j’avais peur qu’il n’attrape des tiques, car elles sont dangereuses pour  un chien par les maladies qu’elles peuvent transmettre. Alors il portait un collier comportant un produit antipuces et antitiques.
    Mais cela lui est cependant arrivé deux ou trois fois de revenir avec une de ces bestioles plantées dans sa peau, et je devais alors prendre un coton imbibé d’éther, endormir la tique pour pouvoir l’extirper avec une pince à épiler, sans risquer que sa tête rete enfoncée dans la peau du chien.
    Peut être vous intéresserez vous à un article sur les tiques et demain sur les maladies qu’elles propagent, notamment la maladie de Lyme pour les hommes et la piroplasmose  pour les chiens.

    Les tiques vivent dans les forêts, les bois, les hautes herbes mais aussi en montagne, sur les terrains de golf et dans les petits jardins privés ou publics. 
    Leur lieu de predilection est un endroit boisé et humide dans une région tempérée où la température est comprise entre.7°C et 25°C. Quand c'est le cas, les tiques restent  actives et représentent un danger toute l'année.
    S'il fait chaud et sec, plus de 25°C, les tiques ne vont pas se déplacer. Elles se cachent dans le sol ,  au ras du sol ou sous la végétation pour prendre la quantité d'eau dont elles ont besoin pour survivre.
    S'il fait  en -dessous de 7°C,  les tiques s'isolent du froid sous la terre, dans les feuillages au ras du sol ou dans les vieux troncs d'arbre.
Pouvant rester plusieurs mois sans manger, la période inactive ne les dérange pas. Elles n'ont besoin que d'eau qu'elles peuvent prendre de l'air.
    Les tiques ne grimpent pas au sommet des arbres pour sauter sur leur proie. Elles sont incapables de sauter.  Elles grimpent sur leur proie à moins d'un mètre du sol si elles sont adultes ou  à  moins de 50 cm si elles sont jeunes ( nymphes). Les larves restent au niveau du sol, à moins de 15 cm du sol.
    Les tiques se nourrissent  du sang de mammifères et notamment d’animaux sauvages, petits rongeurs, lapins, cervidés notamment. 
Si l'animal sauvage est porteur de bactéries, la tique les aspire avec le sang et les stocke dans son corps.
Si le repas suivant se fait  sur un être humain ou un animal domestique (chiens, chats, chevaux, bétail), la tique va lui transmettre  lors de la piqûre une ou plusieurs  variétés de bactéries ou virus qui se trouvent dans son système.
    Une tique femelle voit son poids multiplié par plus de 600 après son repas de sang ! Heureusement après mon repas, je ne passe pas de 80 kg à 50 tonnes !!

   http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/Tickmaleaka.jpg Quelles sont ces bêtes ?
    Les tiques sont  arachnides acariens et il en existe 900 espèces environ.
    Elles mesurent de l’ordre de 3 à 6 mm, et pour certaines espèces tropicales jusqu’à 3 cm.
    Elles ont un corps ovale, que prolonge une « tête », qui porte 3 mandibules :
La mandibule centrale est un rostre qui porte plusieurs files de dents qui permettent à la tique de s ‘ancrer dans la peau. Les deux autres mandibules, rétractiles dans une gaine protectrice, terminées par des dents, coupent la peau, venant ainsi mécaniquement en aide à l'action chimique de la salive, pour perforer la peau.
    En outre une paire de palpes dotées de soies sensorielles permettent une action de toucher, mais surtout un repérage chimique et au total détection de CO2, hormones, hygrométrie, température, vibrations, sensibilité aux métabolites exhalés par les ruminants, à l'acide lactique, à l’acide butyrique, etc..
    Le dos de la tique porte une plaque sclérifiée, huit pastes munies de griffes et de ventouses et un organe sensorial olfactif, un organe genital et un anus.
    Certaines espèces ont des yeux sur le corps..

    Seules les tiques adultes s'accouplent, au sol avant la quête de l’hôte ou sur l’hôte lui-même. Après l'accouplement, le mâle meurt ; la femelle meurt après la ponte[13].
Toutes les espèces connues de tiques se développent en passant par quatre stades évolutifs distincts :
        - l'œuf : certaines espèces pondent un très grand nombre d'œufs (plusieurs du-izaines de milliers)
        - la larve (qui n'a que 3 paires de pattes, griffues) et vit au sol,
       - la nymphe (qui est octopode comme l'adulte mais sans orifice génital)
       -  l’adulte : chez le male  la plaque dorsale est plus développée que chez la femelle, dont le tégument doit rester souple pour se distendre pour une prise de sang maximale afin d'élaborer ses œufs.
    Dans la plupart des cas, durant son cycle de vie, une tique change d'hôte à chacun de ces stades.

    Pendant les phases de « quête », la tique attend un hôte pour s'y accrocher. La quête se fait sur les brins d'herbe, de graminées, de fougères, ou au sol, à même la terre ou sur les brindilles des nids et terriers ou les crevasses des grottes, notamment pour les nymphes et les larves.
    Après avoir trouvé une proie et s'y être accrochée, la tique chemine lentement sur la peau (de quelques minutes à plusieurs heures parfois) pour trouver un emplacement qui lui convient. De fines griffes lui permettent de se stabiliser sur l'épiderme.
    La tique coupe la peau grâce à ses madibules qu'elle enfonce peu à peu ainsi qu’une partie de sat ête, aidée par la sécrétion d'enzymes salivaires qui provoquent une explosion des cellules (cytolyse). Au bout de son rostre se forme alors une poche ou chambre de cytolyse.
Elle parfait son ancrage par la sécrétion d'une substance, sorte de colle biologique qui la fixe très fortement au derme.
    Ainsi fixée, elle peut alors, pendant toute la durée de son repas, alternativement aspirer le sang et réinjecter de la salive de manière à agrandir la poche ainsi creusée sous la peau jusqu'à ce que cette poche atteigne un ou plusieurs microcapillaires sanguins, qui crèveront et l'alimenteront directement en sang.
    Durant ce temps, la tique injecte un cocktail de molécules qui affaiblissent localement l'immunité de l'hôte et insensibilisent le système nerveux.

        Je parlerai demain des maladies communiqués par la tique et notamment pour l’homme, de la maldie de Lyme.
Par the-log-lady le Samedi 25 août 2012 à 13:31
se sont vraiment des "horreurs" ces bestioles..autant pour les bêtes que pour les humains.. erf..
Par alyane le Samedi 25 août 2012 à 19:54
MErci pour l'article et votre message!
Par maud96 le Dimanche 26 août 2012 à 18:30
Une bien "sale bête"... Il y avait plein dans l'Indre berrichonne, qui tombaient des arbres pour s'accrocher sur tout être "chaud". Mais très difficiles à "extraire" même avec la pince spéciale antitiques !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3202404

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast