Vendredi 13 juin 2008 à 8:30

Inné et acquis




    Que disent les chercheurs sur d'éventuelles prédispositions à la violence et à la délinquance ?
   
    En fait ils sont très prudents; ils ont constaté certaines corrélations, mais n'affirment pas une relation de cause à effet, dont ils n'ont pas la certitude.

    Des études menées dans plusieurs universités ont montré le lien qui existait entre l'agressivité de mammifères et également d'êtres humains, et les fluctuations du taux d'une enzyme, la “monoamine-oxydase” !que pour simplifier j'appellerai MAO). Cette enzyme dégrade certains neurotransmetteurs et notamment la sérotonine, qui joue un rôle important dans le contrôle des centres amygdaliens et de l'agressivité.
    Les fluctuations de cette enzyme MAO sont en partie dues à notre génotype et sont donc partiellement innées.
    Les études de Terrie Moffitt  sur les jeunes néozélandais de Dunedin (voir l'article précédent), ont montré qu'on ne pouvait pas établir une relation certaine entre le taux de cette enzime et le devenir des gens, c'est à dire que les “non délinquants” pouvaient avoir toutes sortes de taux de MAO, faibles comme forts.
    Par contre, elles ont montré que les individus qui avaient à la fois un faible taux de MAO et avaient été maltraités dans l'enfance, avaient, par rapport à ceux qui n'avaient pas subi de maltraitance, trois fois plus de probabilités de manifester des troubles comportementaux dans l'adolescence et dix fois plus d'être délinquant à l'âge adulte.
    Je répète que cette étude a été faite sur un nombre limité (environ 1000 sujets) et dans une population particulière, et que donc les généralisations doivent être prudentes.
    Mais on peut penser que la faible teneur en MAO serait une prédisposition pour que d'autres facteurs liés à l'environnement oul'éducation, transforment chez certains cette prédisposition en comportement nocif.

    Je vous ai souvent expliqué que deux centres du cerveau émotionnel, les centres amygdaliens, étaient responsables de nos réactions de crainte, de peur, d'agressivité, de stress et des réactions correspondantes. Des chercheurs de l'Institut national de la Santé mentale à Betesda dans le Maryland a montré, en 2006, que les personnes ayant de faibles taux de MAO, ont au contraire une forte activité des centres amygdaliens.
    Toutefois une constatation d'activité à partir d'images RMN du cerveau n'est pas vraiment une mesure du comportement agressif dans la réalité.
    C'est une simple présomption de prédisposition et les chercheurs n'en concluaient pas que les jeunes, objet de l'étude, seraient par la suite violents ou délinquants.

    D'autres études portent sur de jeunes enfants qui ont un comportement anti-social précoce. Il est apparu que certains d'entre eux avaient peu de réactions émotionnelles et se montraient beaucoup plus durs et insensibles, de façon analogue à des adultes qui se sonr révélés être des psychopathes.
    Ces enfants ne connaissent pas le sentiment de culpabilité, sont intrépides et prennent des risques exagérés et ont tendance à exagérer leur confiance en eux même jusqu'au narcissisme. Ils sont insensibles aux punitions, mais apprécient les louanges et les récompenses.
    Les centres amygdaliens pourraient être aussi en cause, mais dans ce cas fonctionneraient de façon insuffisante. Ces centres non seulement sont à l'origine de nos craintes, mais par ce biais ils nous permettent d'apprécier celle des autres et en partie leur souffrance.
    Les chercheurs ont également constaté chez ces enfants une sous-activité des centres du cortex préfrontal, qui évaluent les situations, leur risques et prévoient les conséquences de nos actions.
    Il est logique que, si quelqu'un ne comprend pas la souffrance des autres, prévoit mal les risques et conséquences de ses actes, s'il est facilement coléreux, s'il n'a pas conscience du danger, il puisse alors se montrer intrépide, agressif et cruel.

    En définitive les journalistes et les politiques n'ont pas suffisament étudié les résultats et les dires des chercheurs qui ont essayé de comprendre la délinquance des jeunes et leurs propos sont souvent des généralisations hâtives..
    Ces chercheurs ont mis en lumière des pistes possibles de prédispositions à la violence et éventuellement à la délinquance, facteurs qui ont une part de causes génétiques, mais sur lesquels l'environnement peut aussi avoir une action. Ces pistes concernent soit des mécanismes chimiques liés aux neuro-transmetteurs (MAO notamment), soit certains centres du cortex préfrontal ou du cerveau émotionnel (centres amygdaliens en particulier), qui auraient alors une activité soit trop forte, soit trop faible.
    Mais les personnes qui présentent des anomalies dans ces domaines, ne deviendront pas pour autant des criminels. Le terrain est simplement plus propice (comme nous pouvons être prédisposés à certaines maladies, mais nous ne les aurons peut être jamais), et il faut que l'éducation ou l'environnement ait ensuite une action défectueuse pour que la violence ou la délinquance s'exprime.

    La question qui se pose est de savoir si ces signes de prédisposition peuvent être utiles et si des actions d'éducation ou de formation peuvent empêcher un éventuel glissement vers cette violence ou cette délinquance.
    Ce sera l'objet de mon prochain article.

Par mamour44444 le Vendredi 13 juin 2008 à 9:32
question toujours hautement compliquée et limite philosophique car il est toujours difficile d'appliquer une méthode empirique avec un tel sujet
sans action voilà le résultat
avec action voilà le résultat
si ce n'est que les deux groupes cibles ne sont pas les memes
part de l'aléa
part de l'aléatoire
part du subjectif
part de la culture
oui très compliqué
Par littlestarintheskin le Vendredi 13 juin 2008 à 11:46
je pense pas que l'on puisse avoir des prédispositions a être violent, je pense qu'on le devient, que notre éducation, que notre vie et nos actes determint beaucoup dans notre comportement...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2593140

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast